Le capmatinib se montre efficace dans le cadre du CBNPC avec mutations entraînant un saut de l’exon 14 de MET

  • Wolf J & al.
  • N Engl J Med
  • 3 sept. 2020

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le capmatinib, un inhibiteur sélectif réversible de la tyrosine kinase de MET, a démontré une activité antitumorale efficace chez des patients atteints d’un cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) avancé avec une mutation entraînant un saut de l’exon 14 de MET, en particulier chez ceux n’ayant reçu aucun traitement préalable.

Pourquoi est-ce important ?

Méthodologie

  • L’étude de phase II prospective, internationale, à plusieurs cohortes GEOMETRY a été menée.
  • 364 patients atteints d’un CBNPC avancé ont reçu du capmatinib.
  • Financement : Novartis Pharmaceuticals.

Principaux résultats

  • 97 patients présentaient une mutation entraînant un saut de l’exon 14 de MET, et 210 présentaient une amplification de MET.
  • Résultats dans le groupe avec mutation entraînant un saut de l’exon 14 de MET :
    • Une réponse globale a été rapportée chez 41 % des patients préalablement traités et chez 68 % des patients préalablement non traités (durée médiane de la réponse : 9,7 mois et 12,6 mois, respectivement).
    • La survie sans progression (SSP) médiane était de 5,4 mois chez les patients préalablement traités et de 12,4 mois chez les patients préalablement non traités.
  • Résultats dans le groupe avec amplification de MET :
    • L’efficacité était limitée chez les patients préalablement traités qui présentaient une amplification de MET avec un nombre de copies géniques inférieur à 10.
    • Chez les patients avec un nombre de copies géniques d’au moins 10, une réponse globale a été rapportée chez 29 % des patients préalablement traités et chez 40 % des patients préalablement non traités (durée médiane de la réponse : 8,3 mois et 7,5 mois, respectivement).
  • Des événements indésirables (EI) de grades 3–4 ont été rapportés chez 67 % des patients, et des EI graves chez 13 % des patients.

Limites

  • Étude menée en ouvert.