Le cancer du sein est associé au risque de cancer du poumon primitif secondaire

  • Wang R & al.
  • Front Oncol
  • 1 janv. 2018

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le taux de cancer du poumon primitif secondaire est plus élevé chez les patientes ayant des antécédents de cancer du sein (CS), et il est le plus élevé chez celles ayant des antécédents de CS triple négatif (CSTN).

Pourquoi est-ce important ?

  • L’importance de l’augmentation du risque de cancer du poumon en cas d’antécédents de CS n’était pas évidente.

Protocole de l’étude

  • 620 429 femmes issues de la base de données Surveillance, épidémiologie et résultats finaux (Surveillance, Epidemiology, and End Results) ayant reçu un diagnostic de CS entre 2000 et 2014, ont été évaluées.
  • Financement : Fondation nationale des sciences naturelles de Chine ; autres.

Principaux résultats

  • 6 269 cas de cancers du poumon primitifs secondaires ont été identifiés : 87,3 % de CPNPC et 12,7 % de CPPC.
  • Un taux légèrement plus élevé de cancer du poumon primitif secondaire a été observé chez les patientes ayant des antécédents de CS, comparativement à la population féminine générale (ratio standardisé d’incidence [RSI] : 1,03 ; IC à 95 % : 1,00–1,06).
  • Le risque de cancer du poumon était le plus élevé dans l’année suivant le diagnostic de CS (RSI : 1,31 ; IC à 95 % : 1,23–1,39) et en cas de diagnostic de CS entre 20 et 39 ans (RSi : 2,40 ; IC à 95 % : 1,75–3,23).
  • De tous les sous-types, ce sont les patientes ayant des antécédents de CSTN qui présentaient le risque le plus élevé de cancer du poumon (RSI : 1,59 ; IC à 95 % : 1,29–1,94).
  • 63,4 % des décès des patientes étaient dus au cancer du poumon, avec le taux de mortalité le plus élevé associé au CPPC (72,3 %).
  • La SG était moins bonne chez les patientes atteintes d’un CPNPC et dont les récepteurs des œstrogènes et de la progestérone étaient négatifs, tandis que les caractéristiques du CS n’avaient aucun impact sur la SG chez les patientes atteintes d’un CPPC.

Limites

  • Étude rétrospective sans données concernant les traitements.