Le cancer du sein est associé à un risque plus élevé de fracture ostéoporotique, d’après une méta-analyse

  • Lee S & al.
  • J Bone Metab
  • 1 févr. 2020

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patientes atteintes d’un cancer du sein présentent une augmentation de 24 % du risque de fracture ostéoporotique, comparativement aux témoins, d’après une méta-analyse.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les résultats de cette première méta-analyse en son genre suggèrent qu’un dépistage et un traitement agressifs de l’ostéoporose, chez les patientes atteintes d’un cancer du sein, en particulier chez celles recevant un traitement anti-œstrogène, sont importants.

Protocole de l’étude

  • Une méta-analyse a été réalisée à partir de 4 études de cohorte ou de cas-témoins comparant le risque d’ostéoporose chez des patientes atteintes d’un cancer du sein et chez des témoins (23 821 cas, contre 103 901 témoins).
  • Financement : ministère de la Santé et des Affaires sociales, République de Corée.

Principaux résultats

  • Le cancer du sein était associé à un rapport de cotes (RC) brut plus élevé pour les fractures ostéoporotiques : 1,244 (P = 0,001).

Limites

  • Les quatre études disposaient d’un protocole observationnel.
  • Le traitement anti-œstrogène n’était rapporté dans aucune des quatre études.