Le cancer du poumon est en hausse chez les jeunes femmes d’origine ethnique blanche et hispanique

  • Jemal A & al.
  • N Engl J Med
  • 24 mai 2018

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’incidence du cancer du poumon est nettement plus élevée chez les jeunes femmes que chez les jeunes hommes, mais seulement chez les femmes d’origine ethnique blanche non hispanique et chez les femmes d’origine hispanique.
  • Hormis dans le cas d’une exception, l’incidence accrue dans cette tranche d’âge ne s’explique pas par le tabagisme.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ceci inverse un long historique d’incidence supérieure du cancer du poumon chez les hommes, par rapport aux femmes, et souligne un besoin en matière de mesures anti-tabac intensifiées chez les jeunes femmes.

Protocole de l’étude

  • Patients atteints d’un cancer du poumon diagnostiqué entre 1995 et 2014 provenant de l’Association d’Amérique du Nord des registres centraux sur le cancer (North American Association of Central Cancer Registries) et résultats de l’Enquête nationale d’entretiens sur la santé (National Health Interview Survey) sur les tendances de tabagisme.
  • Financement : Société américaine sur le cancer (American Cancer Society).

Principaux résultats

  • L’incidence globale de cancer du poumon chez les femmes, par rapport aux hommes, a augmenté, dépassant 1,0 dans les tranches d’âge 30–34, 35–39, 40–44 et 45–49 ans.
  • L’incidence a globalement diminué chez les hommes de cohortes de naissance successives, elle a augmenté chez les femmes nées en 1950–1960, et a diminué chez celles nées plus tard.
  • L’incidence accrue chez les femmes n’a été observée que chez les femmes d’origine ethnique blanche et hispanique.
  • Sauf dans le cas d’une prévalence du tabagisme légèrement plus élevée chez les femmes d’origine ethnique blanche, par rapport aux hommes âgés de 40–49 ans nés vers le milieu des années 1960 (en raison d’un arrêt du tabagisme retardé chez les femmes), les différences de comportements tabagiques entre les sexes n’expliquent pas ce résultat.

Limites

  • Les données sur le tabagisme étaient autodéclarées.