Le cancer du pancréas est-il intrinsèquement une maladie systémique ?

  • Jones RP & al.
  • JAMA Surg
  • 4 sept. 2019

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une analyse de l’essai ESPAC-4 démontre que les schémas de récidive locale et de récidive distante sont similaires dans le cadre de l’adénocarcinome canalaire pancréatique (ACCP) après une résection et un traitement adjuvant, mais certaines questions subsistent.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’ACCP peut se comporter comme une maladie systémique, mais la différence entre l’effet du traitement adjuvant sur le taux de récidive locale et son effet sur le taux de récidive à distance suggère que la récidive locale pourrait être distincte, d’après un éditorial accompagnant l’étude.

Protocole de l’étude

  • Il s’agit d’une analyse secondaire d’une étude, dans laquelle 730 patients atteints d’un ACCP ont fait l’objet d’une résection et ont été affectés de manière aléatoire pour recevoir un traitement adjuvant par gemcitabine avec ou sans capécitabine.
  • Financement : Centre de recherche sur le cancer au Royaume-Uni (Cancer Research UK) ; Groupe de services de santé nationaux des hôpitaux universitaires Royal Liverpool et Broadgreen (Royal Liverpool and Broadgreen University Hospitals National Health Services Trust).

Principaux résultats

  • Comparativement à la gemcitabine en monothérapie, le traitement combiné a réduit le taux de récidive locale (rapport de risque [RR] : 0,77 ; P = 0,04), mais pas de récidive à distance (RR : 1,01 ; IC à 95 % : 0,782–1,295).
  • L’association gemcitabine et capécitabine a réduit la mortalité suite à la récidive, comparativement à la gemcitabine seule (RR : 0,79 ; P = 0,03).
  • La récidive à distance survenait plus tôt que la récidive locale (délai médian : 11,27 contre 13,57 mois ; RR : 1,20 ; P = 0,04).
  • Aucune différence significative n’a été observée au niveau de la survie médiane après la récidive locale (9,36 mois) et la récidive à distance (8,94 mois ; RR : 0,89 ; P = 0,27).
  • Aucune différence significative n’a été observée au niveau de la SG médiane entre la récidive à distance uniquement, la récidive locale associée à une récidive distante, et la récidive locale uniquement.

Limites

  • Analyse secondaire.
  • Étude moins pertinente à l’ère du traitement adjuvant FOLFIRINOX (fluorouracile, leucovorine, oxaliplatine et irinotécan).