Le Canada cherche à réduire le coût des médicaments

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

Ottawa, le mercredi 20 janvier 2016. Si un tiers de la population mondiale n'a pas accès aux médicaments essentiels et que ce taux grimpe jusqu'à 50 % dans les régions les plus pauvres de la planète, cette inégalité devant ce type d'accès aux soins est également présente au sein même des pays les plus riches du monde. C'est notamment le cas au Canada où un récent rapport de la Coalition canadienne pour la santé relatif au régime d'assurance-médicaments a rappelé les écarts énormes qui existent dans ce pays fédéral entre les différents Territoires et provinces.

Les auteurs expliquent ainsi qu'au Canada « l'accès à un régime d'assurance médicaments n'est pas établi en fonction du besoin, mais plutôt de l'endroit où vous demeurez et travaillez ». A titre d'exemple, il faut savoir qu' « au Manitoba, seulement 9 % de la population est admissible au remboursement du coût des médicaments par le gouvernement tandis qu'au Québec, ce taux atteint 43 % ».

Même si 75 % des canadiens adhèrent à un régime privé, habituellement par l'entremise de leur employeur, les 25 % restant ne sont pas pour autant automatiquement admissibles aux programmes gouvernementaux de subvention des médicaments. En outre, les médicaments représentent désormais entre 70 et 80 % du coût total des avantages sociaux et les primes augmentent de 15 % annuellement. Une situation qui se détériore et qui est dénoncée par un nombre croissant de citoyens criant à l'injustice.

Augmenter le pouvoir de négociation sur les prix des médicaments

Un système qui combine régimes publics et privés disparates et extrêmement coûteux associés à une augmentation vertigineuse des coûts des médicaments sur ordonnance (d'environ 11 % chaque année depuis 2000) : il ...