Le cabozantinib se montre prometteur dans le cadre des métastases osseuses associées à un cancer du sein HR+

  • Xu J & al.
  • Oncologist
  • 28 mai 2020

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Dans le cadre d’un essai de phase II portant sur le cabozantinib, un puissant inhibiteur oral de plusieurs récepteurs à activité tyrosine kinase, les métastases osseuses ont présenté une réponse partielle chez 38 % des patientes atteintes d’un cancer du sein à récepteurs hormonaux (Hormone Receptors, HR) positifs.

Pourquoi est-ce important ?

  • Jusqu’à 75 % des patientes atteintes d’un cancer du sein métastatique présentent des métastases osseuses, et ce pourcentage est encore plus élevé dans le sous-groupe de patientes atteintes d’un cancer HR+.
  • Cet essai de phase II portant sur le cabozantinib est suffisamment prometteur pour justifier la progression vers un essai de phase III.

Protocole de l’étude

  • Un essai de phase II (N = 52) a évalué le cabozantinib à une dose initiale de 100 mg, qui a ensuite été réduite à 60 mg/jour pendant 12 semaines.
  • Critère d’évaluation principal : la réponse observée à la scintigraphie osseuse (isotope), mesurée par la variation en pourcentage, par rapport à l’inclusion, selon 4 catégories :
    • Réponse complète.
    • Réponse partielle (réduction de 30 % ou plus).
    • Maladie stable (entre une réduction de moins de 30 % et une augmentation de moins de 20 %).
    • Maladie progressive (augmentation de 20 % ou plus).
  • Financement : Exelixis, Inc.

Principaux résultats

  • Une réponse partielle a été observée chez 38,5 % des 52 patientes, et une maladie stable chez 11,5 %.
  • 36,5 % des patientes avaient quitté l’étude à 12 semaines en raison d’une progression précoce ou d’une toxicité inacceptable.
  • La survie sans progression (SSP) médiane était de 4,3 mois.
  • La survie globale (SG) médiane était de 19,6 mois.
  • Les toxicités de grade 3 ou 4 les plus fréquentes étaient :
    • l’hypertension (10 %) ;
    • l’anorexie (6 %) ;
    • la diarrhée (6 %) ;
    • la fatigue (4 %) ;
    • l’hypophosphatémie (4 %).

Limites

  • Taux élevé d’arrêts.
  • Petit échantillon.
  • Essai à groupe unique mené en ouvert.