Le cabozantinib obtient l’autorisation de la FDA dans le cadre du CHC avancé


  • Jim Kling
  • Oncology drug update
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (US Food and Drug Administration, FDA) a autorisé le cabozantinib pour les patients atteints d’un carcinome hépatocellulaire (CHC) ayant déjà reçu un traitement par sorafénib.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le cabozantinib inhibe les récepteurs aux VEGF 1, 2 et 3 et les récepteurs tyrosines kinases MET et AXL. MET et AXL sont associés à des résultats défavorables, et l’expression de MET pourrait augmenter après une exposition au sorafénib.

Points clés

  • Cette autorisation s’appuie sur les résultats de l’essai CELESTIAL :
    • 707 patients atteints d’un CHC, préalablement traités par sorafénib et présentant une insuffisance hépatique de classe A selon la classification de Child-Pugh, ont été affectés de manière aléatoire selon un ratio de 2:1 pour recevoir du cabozantinib 60 mg une fois par jour par voie orale ou un placebo.
    • SG médiane : 10,2 contre 8,0 mois avec le placebo (RR : 0,76 ; P = 0,0049).
    • La survie sans progression médiane était de 5,2 mois, contre 1,9 mois pour le placebo (RR : 0,44 ; P 
    • Le taux de réponse objective était de 4 %, contre 0,4 %.
  • Les événements indésirables étant survenus chez au moins 25 % des patients sous cabozantinib comprenaient (par ordre décroissant de fréquence) une diarrhée, une fatigue, un appétit diminué, une érythrodysesthésie palmo-plantaire, des nausées, une hypertension et des vomissements.
  • Dose de cabozantinib recommandée : 60 mg par voie orale, une fois par jour, au moins une heure avant ou deux heures après le repas.