Le bénéfice clinique des anticoagulants chez les patients plus âgés atteints d’une fibrillation auriculaire


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle étude a révélé que le bénéfice clinique net (BCN) des anticoagulants pour les patients atteints d’une fibrillation auriculaire (FA) diminue avec l’âge, les auteurs ayant suggéré que les médecins devraient prendre en considération tous les risques de mortalité lorsqu’ils recommandent des anticoagulants à des adultes plus âgés atteints d’une FA. 

Les chercheurs ont examiné des données portant sur 14 946 patients atteints d’une FA, âgés d’au moins 75 ans, afin de déterminer l’association entre l’âge et le BCN de l’anticoagulation. Les chercheurs ont défini le bénéfice à vie cliniquement significatif net minimal comme étant de 0,10 année de vie ajustée sur la qualité (Quality-Adjusted Life Year, QALY) à vie. 

L’étude a révélé qu’après l’âge de 87 ans, le BCN associé à la warfarine est passé sous le seuil de 0,10 QALY à vie, tandis que le BCN associé à l’apixaban est passé sous le seuil de 0,10 QALY à vie après l’âge de 92 ans. La suppression des risques concurrents de décès à l’analyse de sensibilité a entraîné un BCN plus élevé. 

Selon les auteurs, qui ont présenté les résultats dans la revue Circulation: Cardiovascular Quality and Outcomes (CCQO), les cliniciens devraient prendre en considération les risques concurrents lors des discussions avec les patients au sujet du bénéfice potentiel des anticoagulants. « Les futurs travaux devraient porter sur l’intégration des risques concurrents dans les estimations du BCN de l’anticoagulation et dans les outils d’aide à la décision clinique en matière d’anticoagulation », ont-ils conclu.