LDGCB R/R : un schéma à base d’ibrutinib, de lénalidomide et de rituximab se montre prometteur dans le cadre de la maladie BCNG

  • Goy A & al.
  • Blood
  • 22 juil. 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une association à base d’ibrutinib, de rituximab et de lénalidomide a démontré une activité favorable, avec une réponse durable, chez des patients atteints d’un lymphome diffus à grandes cellules B (LDGCB) en rechute/réfractaire (R/R), en particulier chez ceux atteints d’une maladie à cellules B à centre non germinal (BCNG).

Pourquoi est-ce important ?

  • Le pronostic est défavorable chez les patients inéligibles à une greffe de cellules souches ou qui présentent un échec du traitement d’induction/de rattrapage.

Protocole de l’étude

  • Une étude de phase Ib a été menée afin d’évaluer l’association ibrutinib, rituximab et lénalidomide (10, 15, 20 ou 25 mg), chez 45 adultes atteints d’un LDGCB R/R inéligibles à une greffe.
  • 84 % des patients avaient reçu au moins 2 schémas préalables.
  • Financement : Pharmacyclics LLC, une société AbbVie.

Principaux résultats

  • La dose maximale tolérée (DMT) de lénalidomide n’a pas été atteinte.
  • Réponses :
    • Chez tous les patients pour qui la réponse était évaluable : le taux de réponse objective (TRO) était de 44 % (IC à 95 % : 28–60 %).
    • Dans le cadre du LDGCB BCNG : le TRO était de 65 % ; le taux de réponse complète (RC) était de 41 %.
    • Dans le cadre du LDGCB BCG : le TRO était de 29 % ; le taux de RC était de 18 %.
  • Durée de la réponse (DR) :
    • Tous les patients présentant une réponse : 15,9 mois (intervalle : 0,9 à plus de 37,2).
    • LDGCB BCNG : 15,9 mois (intervalle : 0,9 à plus de 36,5).
    • La DR médiane n’a pas été atteinte chez les patients ayant obtenu une RC.
  • Les événements indésirables liés au traitement de grades 3–4 les plus fréquents avec l’ibrutinib ou le lénalidomide, respectivement, étaient :
    • la neutropénie : 38 %, 40 % ;
    • le rash maculopapulaire : 13 %, 13 % ;
    • la thrombopénie : 9 %, 11 %.

Limites

  • Étude de phase Ib, à groupe unique.