LDGCB R/R : le nivolumab permet d’obtenir un faible taux de réponse après un échec à l’AGCH

  • Ansell SM & al.
  • J Clin Oncol
  • 8 janv. 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le nivolumab, un inhibiteur de point de contrôle immunitaire, a démontré un taux de réponse globale faible, mais un profil de sécurité d’emploi favorable, chez les patients atteints d’un lymphome diffus à grandes cellules B en rechute/réfractaire (LDGCB R/R), ayant présenté un échec ou étant inéligibles à une autogreffe de cellules hématopoïétiques (AGCH), d’après un essai de phase II.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les alternatives thérapeutiques sont limitées pour les patients atteints d’un LDGCB R/R.
  • Un essai de phase I préalable avait obtenu de meilleurs résultats.

Protocole de l’étude

  • Un essai de phase II, en ouvert, à groupe unique (n = 121) a été mené auprès de patients atteints d’un LDGCB R/R ayant présenté un échec à l’AGCH ou étant inéligibles à une AGCH, qui ont reçu 3 mg/kg de nivolumab toutes les deux semaines.
  • Le taux de réponse objective (TRO) comprenait les réponses partielles et complètes, d’après un comité d’examen radiologique indépendant s’appuyant sur les critères de réponse du lymphome malin établis en 2007 par le Groupe de travail international (International Working Group).
  • Financement : Bristol-Myers Squibb ; NIH ; autres.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 9 mois dans le groupe ayant présenté un échec à l’AGCH et de 6 mois dans le groupe de patients inéligibles à une AGCH.
  • Le TRO était de 10 % dans le groupe ayant présenté un échec à l’AGCH et de 3 % dans le groupe de patients inéligibles à une AGCH. 
    • La durée médiane de la réponse correspondante était de : 11 mois ; 8 mois.
  • Dans le groupe ayant présenté un échec à l’AGCH : la SSP médiane était de 1,9 mois ; la SG médiane était de 12,2 mois.
  • Dans le groupe de patients inéligibles à une AGCH : la SSP médiane était de 1,4 mois ; la SG médiane était de 5,8 mois.
  • 24 % de l’ensemble des patients ont présenté des événements indésirables (EI) liés au traitement de grades 3 et 4.
  • Les EI les plus fréquents étaient les suivants : neutropénie (4 %), thrombocytopénie (3 %) et taux de lipase élevé (3 %).

Limites

  • Essai à groupe unique mené en ouvert.