LDGCB : les schémas systémiques modernes facilitent la réduction de la dose de RT

  • Kelsey CR & al.
  • Int J Radiat Oncol Biol Phys
  • 8 mars 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints d’un lymphome diffus à grandes cellules B (LDGCB) qui ont obtenu une réponse complète (RC), selon une tomographie par émission de positrons-tomodensitométrie (TEP-TDM), avec une immunochimiothérapie moderne, la réduction de la dose de radiothérapie (RT) de consolidation de 30 à 20 Gy n’était pas associée à un contrôle tumoral local compromis. 

Pourquoi est-ce important ?

  • Des études portant sur la RT de consolidation avant un traitement par rituximab ont démontré un taux d’échec de 4 à 7 % au niveau du champ d’irradiation après le schéma CHOP (cyclophosphamide, doxorubicine, vincristine et prednisone) et 30–40 Gy de RT.
  • Le traitement standard actuel dans ce contexte, 30 Gy de RT, date de l’époque prérituximab, lorsque la réponse était évaluée par TDM.

Protocole de l’étude

  • Une étude de phase II a été menée afin d’évaluer la faisabilité d’une réduction de la dose de RT de consolidation chez 62 patients atteints d’un LDGCB qui avaient obtenu une RC, selon une TEP-TDM, après un traitement systémique à base de rituximab.
  • 40 % des patients présentaient une maladie volumineuse ; 19 % présentaient un envahissement osseux.
  • Financement : Département de radio-oncologie du Centre médical de l’Université de Duke (Duke University Medical Center).  

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 51 mois (intervalle : 1–91).
  • Le taux de patients ayant obtenu une survie sans récidive locale à 5 ans avec 20 Gy de RT était de 98 % (IC à 95 % : 83–99 %).
  • La SSP à 5 ans était de 83 % (IC à 95 % : 67–93 %).
  • La SG à 5 ans était de 90 % (IC à 95 % : 73–98 %).
  • Les événements indésirables (EI) de grade 3 comprenaient la sensation d’avoir les oreilles bouchées (2 %), la mucite orale (2 %), la neutropénie (2 %) et la leucopénie (2 %).
  • Les EI de grade 4 comprenaient la neutropénie (2 %).

Limites

  • Données rétrospectives.