LDGCB : des résultats de phase III portent sur l’administration d’ibrutinib associé à R-CHOP en première intention

  • Younes A & al.
  • J Clin Oncol
  • 22 mars 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Dans le cadre du lymphome diffus à grandes cellules B (LDGCB) à centre non germinal (CNG), non préalablement traité, l’ajout d’ibrutinib à un traitement par rituximab, cyclophosphamide, doxorubicine, vincristine et prednisone (R-CHOP) a permis d’obtenir une amélioration numérique, mais pas statistiquement significative, des résultats de survie chez les patients plus jeunes.

Pourquoi est-ce important ?

  • Aucun nouveau traitement n’a obtenu de meilleures performances que le schéma R-CHOP dans ce contexte au cours des 20 dernières années.

Protocole de l’étude

  • Une étude de phase III a été menée afin d’évaluer l’ibrutinib associé au schéma R-CHOP chez 838 patients atteints d’un LDGCB CNG préalablement non traité.
  • 419 patients ont reçu de l’ibrutinib associé au schéma R-CHOP ; 419 ont reçu un placebo associé au schéma R-CHOP.
  • Âge médian des patients : 62,0 ans.
  • Financement : Janssen Global Services ; Centre de cancérologie Memorial Sloan Kettering (Memorial Sloan Kettering Cancer Center).

Principaux résultats

  • L’ajout d’ibrutinib n’a permis d’obtenir aucune amélioration significative dans les domaines suivants :
    • la survie sans événement (SSE) au sein de la population en intention de traiter (Intent-to-Treat, ITT ; P = 0,5906) ;
    • la SSE chez les patients atteints d’une maladie de sous-type ABC (P = 0,7311) ;
    • la SSP (P = 0,5027) ;
    • la SG (P = 0,9593).
  • Une analyse post-hoc des patients âgés de moins de 60 ans a révélé que l’ajout d’ibrutinib était associé à une amélioration numérique dans les domaines suivants :
    • la SSE : RR de 0,579 (IC à 95 % : 0,380–0,881) ;
    • la SSP : RR de 0,556 (IC à 95 % : 0,359–0,860) ;
    • la SG : RR de 0,330 (IC à 95 % : 0,162–0,673).
  • 35,1 % des patients âgés de 60 ans et plus, et 15,0 % des patients âgés de moins de 60 ans, ont présenté un événement indésirable entraînant l’arrêt du traitement.

Limites

  • Biais d’inclusion en faveur d’une population de l’étude en bonne condition physique.