LCM de stade limité : une maladie à faible risque nécessite-t-elle un traitement plus intensif ?

  • Jo JC & al.
  • Ann Hematol
  • 18 déc. 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Dans le cadre d’un examen des caractéristiques cliniques et des résultats thérapeutiques de patients atteints d’un lymphome à cellules du manteau (LCM) de stade limité, les patients ont obtenu des scores pronostiques et des caractéristiques cliniques indiquant un risque faible, mais une rechute ultérieure était fréquente.

Pourquoi est-ce important ?

  • Bien que 15 % des patients atteints d’un LCM présentent une maladie localisée (stade I ou II, selon la classification d’Ann Arbor), les caractéristiques cliniques et les résultats thérapeutiques optimaux sont mal connus.

Protocole de l’étude

  • Les caractéristiques cliniques et les résultats thérapeutiques ont été analysés chez 41 patients atteints d’un LCM de stade limité diagnostiqué au cours de la période 2000–2016.
  • Les données des patients ont été obtenues auprès de 16 institutions faisant partie du Consortium pour l’amélioration de la survie dans le cadre du lymphome (Consortium for Improving Survival of Lymphoma).
  • Âge médian des patients au moment du diagnostic : 66 ans (intervalle : 19–85).
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Caractéristiques cliniques :
    • 68,3 % des patients présentaient une maladie à faible risque d’après l’indice pronostique international du LCM.
    • 29,3 % des patients étaient asymptomatiques.
  • Traitement :
    • 90,1 % des patients ont fait l’objet d’une chimiothérapie comme premier traitement.
  • Résultats thérapeutiques :
    • Le taux de réponse objective était de 97,4 %.
    • Le taux de réponse complète était de 78,0 % ; le taux de réponse partielle était de 9,8 %.
    • Au cours de la durée de suivi médiane de 40,6 mois : Le taux de survie sans rechute (SSR) à 42 mois était de 59,1 % ; la SG médiane n’a pas été atteinte.
    • Le taux estimé de SSR à 5 ans était de 37,6 % ; le taux estimé de SG à 5 ans était de 80,4 %.

Limites

  • Données rétrospectives.