LCBFG : étude de phase II sur l’intensification du rituximab en induction et en entretien

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

À retenir

  • Chez des patients atteints d’un lymphome à cellules B de faible grade (LCBFG) nouvellement diagnostiqué ou naïf de rituximab, l’intensification du rituximab en induction et en entretien a engendré une efficacité tolérable et impressionnante

Pourquoi est-ce important ?

  • Les systèmes de notation du risque tels que Sokal et EUTOS (European Treatment and Outcome Study ou étude européenne sur les traitements et les résultats) intègrent actuellement les paramètres du sang périphérique (SP).

Conception de l’étude

  • Étude de phase II visant à examiner la sécurité d’emploi et l’efficacité du rituximab sous forme de huit doses hebdomadaires d’induction et de deux ans de traitement d’entretien chez 36 patients atteints d’un LCBFG nouvellement diagnostiqué ou naïf de rituximab.
  • Financement : subventions d’aide à la recherche clinique de l’Organisation nationale des hôpitaux.

Principaux résultats

  • 77,8 % des patients ont terminé le traitement.
  • Taux de réponse globale de 83,3 %.
  • Taux de réponse complète de 72,2 %.
  • SSP à trois ans de 76,7 %.
  • SG à trois ans de 97,0 %.
  • Aucune différence significative de SG à trois ans selon la charge tumorale (P = 0,094).
  • Cinq patients ont présenté des événements indésirables de grade 3.

Limites

  • Échantillon de taille limitée.