LBi chez les patients plus âgés : la comparaison des résultats du traitement de première intention par bendamustine et par cyclophosphamide

  • Olszewski AJ & al.
  • Am J Hematol
  • 17 déc. 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients plus âgés atteints d’un lymphome B indolent (LBi), le passage de R-CVP (rituximab, cyclophosphamide, vincristine, prednisone) ou de R-CHOP (RCVP + doxorubicine) en première intention, à BR (bendamustine + rituximab) a permis d’obtenir une toxicité plus faible et une amélioration de la survie sans événement (SSE), sans amélioration significative de la SG. 

Pourquoi est-ce important ?

  • Les personnes plus âgées présentent un risque accru de LBi.

Protocole de l’étude

  • Une étude visant à examiner les résultats en situation réelle de 3 491 patients plus âgés atteints d’un LBi, dans un contexte où la pratique clinique semble désormais préférer BR en première intention, a été analysée.  
  • 1 748 patients étaient atteints d’un lymphome folliculaire (LF) ; 969 d’un lymphome à cellules du manteau (LCM) ; 774 d’un lymphome de la zone marginale/lymphome lymphoplasmocytaire (LZM/LLP).
  • L’âge médian des patients était de 75 ans (intervalle : 65–96 ans).
  • Financement : Service de santé publique de Californie (California Department of Public Health) ; Institut de prévention du cancer de Californie (Cancer Prevention Institute of California) ; Université de Californie du Sud (University of Southern California) ; autres.

Principaux résultats

  • 52 % des patients ont reçu BR ; 27 % ont reçu R-CHOP ; 21 % ont reçu RCVP.
  • La SSE était significativement meilleure avec BR : RR : 0,78 (IC à 95 % : 0,70–0,87).
  • Il n’y avait aucune différence significative en termes de SG : RR : 1,03 (IC à 95 % : 0,91–1,17).
  • La toxicité était inférieure avec BR, notamment :
    • 32,6 % d’hospitalisations avec BR contre 44,7 % avec R-CHOP/RCVP (P 
    • 14,4 % d’admissions en USI avec BR contre 18,9 % avec R-CHOP/RCVP (P = 0,0019).

Limites

  • Données rétrospectives.