Laryngotrachéobronchite aiguë : quels corticoïdes privilégier ?

  • Parker CM & al.
  • Pediatrics
  • 1 sept. 2019

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Un traitement par dexaméthasone, qu’il soit à dose standard (0,6 mg/kg) ou allégée (0,15 mg/kg), ou un traitement par prednisolone (1 mg/kg) conduiraient à un pronostic équivalent chez l’enfant admis aux urgences pour une laryngotrachéobronchite : les données d’une étude australienne parue dans Pediatrics , montrent que ces trois traitements mènent à un score de sévérité de la laryngite à 1 heure et une probabilité de venir reconsulter dans les 7 jours suivants qui étaient similaires dans les trois bras de randomisation. La probabilité de devoir recourir à une seconde dose de traitement était cependant plus élevée dans le groupe prednisolone. Pour autant, la grande majorité (92%) des enfants inclus dans cette étude ont pu sortir des urgences dans les 2 heures suivant le traitement après amélioration du score de sévérité, et sans différence entre les trois bras de l’étude. Ce travail vient nourrir les données, pour l’heure contradictoires, concernant le meilleur traitement corticoïde oral dans ce contexte clinique, même si la bétaméthasone, fréquemment utilisée en France, n’était pas évaluée ici.

Méthodologie

L’étude randomisée de non-infériorité a été menée en ouvert dans deux services d’urgences néozélandais. Les enfants inclus devaient avoir plus de 6 mois et peser au maximum 20 kg. Leur suivi a été assuré durant le séjour aux urgences puis leur pronostic à 14 jours évalué par téléphone ou à partir des données hospitalières. Le score clinique utilisé pour évaluer la sévérité de la laryngite était le WCS ( Westley Croup Score ), coté de 0 à 17.

Les résultats de l’étude, en bref

  • La cohorte était constituée de 1.231 enfants (en moyenne 30 mois, 14 kg et 38% de filles) répartis aléatoirement entre les trois bras de l’étude. Ils présentaient en moyenne un score WCS à l’inclusion de 1,4-1,5 selon le groupe, sans différence significative. Dans chacun d’eux, 25 à 27 enfants présentaient un score égal ou supérieur à 4.

  • Une heure après l’administration (critère principal d’évaluation), la différence entre le score WCS des groupes dexaméthasone allégée d’une part et prednisolone de l’autre et celui du groupe dexaméthasone standard était non significative (respectivement 0,03 et 0,05).

  • Les taux de nouvelle consultation (critère secondaire) étaient de 17,8%, 19,5% et 21,7% pour les groupes dexaméthasone standard, dexaméthasone allégée et prednisolone respectivement.

  • Trois heures après l’administration, les scores WCS étaient supérieurs dans les groupes dexaméthasone allégée et prednisolone, mais ces variations restaient dans la marge de non-infériorité.

  • Aucune différence n’a été observée entre les trois groupes concernant la durée de séjour aux urgences, le recours à de l’adrénaline nébulisée ou la fréquence des vomissements. Cependant les enfants du groupe prednisolone devaient plus souvent avoir recours à une nouvelle administration du corticostéroïde que les autres.