Laisser le cathéter urinaire en place au moment de la sortie de l’hôpital est associé à une mortalité plus élevée chez les patients diabétiques plus âgés

  • Perluk T & al.
  • Eur Geriatr Med
  • 8 janv. 2021

  • Par Miriam Tucker
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un cathéter urinaire ayant été posé au cours d’une hospitalisation, mais qui n’est pas retiré au moment de la sortie de l’hôpital, est associé à une mortalité élevée à 1 an chez les adultes plus âgés (65 ans ou plus) atteints d’un diabète et d’une rétention urinaire.
  • La pratique consistant à laisser le cathéter en place est courante.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le dysfonctionnement mictionnel diabétique (« cystopathie diabétique ») affecte plus de 50 % des adultes diabétiques plus âgés.

Méthodologie

  • Une étude rétrospective a inclus 327 adultes plus âgés consécutifs atteints d’une rétention urinaire qui avaient un cathéter ayant été inséré au cours de leur hospitalisation. 
  • 42,5 % de ces patients (n = 139) étaient diabétiques.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • La plupart des patients des 2 groupes sont sortis de l’hôpital avec leur cathéter en place (66,2 % des patients diabétiques, contre 75,5 % des patients non diabétiques ; P = 0,082).
  • Globalement, 38,8 % des patients diabétiques et 27,7 % des patients non diabétiques sont décédés dans l’année ayant suivi leur sortie d’hôpital :
    • Rapport de cotes (RC) : 1,66 (P = 0,042).
  • Parmi les patients diabétiques, la mortalité à 1 an était significativement plus élevée dans les cas où le cathéter était toujours présent au moment de la sortie de l’hôpital que dans les cas où il était absent :
    • 48,9 %, contre 19,1 %.
    • RC : 4,04 (P = 0,001).
  • Aucune différence de mortalité à 1 an n’a été constatée entre la présence et l’absence du cathéter au moment de la sortie de l’hôpital chez les patients non diabétiques (26,8 %, contre 30,4 % ; RC : 0,83 ; P = 0,705).
  • Après des corrections, la mortalité à un an a été associée de manière indépendante (rapports de risque [RR]) à :
    • la présence du cathéter à la sortie de l’hôpital : 2,56 (P = 0,019) ; 
    • l’âge : 1,04 (P = 0,021) ; 
    • la présence d’un cancer : 2,72 (P = 0,007).  

Limites

  • Petite cohorte.
  • Il s’agissait d’une étude rétrospective.
  • Aucune donnée relative à des variables telles que le statut nutritionnel/fonctionnel, le contrôle/la durée du diabète ou le retrait du cathéter en dehors de l’hôpital.
  • Pas de témoins n’ayant pas de cathéter.