La vinorelbine en schéma métronomique démontre un bénéfice dans le cadre du CBNPC métastatique

  • Pujol JL & al.
  • PLoS One
  • 1 janv. 2019

  • Par Craig Hicks
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La vinorelbine orale en schéma métronomique (VOM) est une chimiothérapie active et bien tolérée dans le cadre du cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) métastatique.

Pourquoi est-ce important ?

  • Des études précédentes ayant évalué la VOM dans le cadre du traitement du CBNPC métastatique étaient limitées par la petite taille des échantillons.

Protocole de l’étude

  • Une méta-analyse au niveau des patients a été réalisée à partir de 9 études impliquant 418 patients (âge moyen : 72,8 ± 9,1 ans ; 79,2 % d’hommes) recevant de la vinorelbine à raison de 30 à 50 mg 3 fois par semaine par voie orale.
  • La plupart (82,1 %) présentaient une maladie de stade IV ; 80 % présentaient 1 à 4 caractéristiques de fragilité.
  • Financement : Pierre Fabre Oncologie.

Principaux résultats

  • La SG médiane était de 8,7 mois (IC à 95 % : 7,6–9,5).
  • Le taux de SG après l’instauration du traitement par vinorelbine était de 64 % à 6 mois, de 30,3 % à 1 an, et de 8,9 % à 2 ans.
  • La SSP médiane était de 4,2 mois (IC à 95 % : 3,9–5).
  • Le taux de SSP était de 35 % à 6 mois et de 11,9 % à 1 an.
  • Aucune toxicité n’a été rapportée chez 40 % des patients ; 15,8 % des patients ont présenté une toxicité de grade 3–4.

Limites

  • Les études incluses dans l’analyse avaient des échantillons de petite taille et différents calendriers de suivi.