La vaccination contre le zona reste efficace en cas de MICI

  • Khan N & al.
  • Clin Gastroenterol Hepatol
  • 1 juin 2019

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Le taux d’incidence du zona est d’environ 7 pour 1.000 patients-années chez les sujets âgés atteints de MICI non vaccinés alors qu’il est d’environ 4 pour 1.000 chez ceux qui l’étaient selon une étude rétrospective américaine. Elle met ainsi en évidence un risque de développer la maladie divisé par près de deux grâce au vaccin, alors même que ces patients sont exposés à un sur-risque. Aucun évènement de sécurité particulier n’a été identifié.

Cette étude, qui est l’une des premières à s’intéresser à l’efficacité du vaccin contre le zona chez les sujets MICI invite à vacciner ces patients contre le risque de réactivations du VZV de façon plus systématique.

Pourquoi cette étude est-elle intéressante ?

Le risque de réactivation du virus VZV est multiplié par 1,2 à 1,8 selon les études, chez les sujets atteints de MICI. Ceci est particulièrement vrai avec l’avancée en âge et la prescription d’immunosuppresseurs. Or, il a également été décrit que la population MICI était souvent peu vaccinée, malgré les recommandations européennes (ECCO 2014) préconisant une vaccination chez tous les sujets MICI immunocompétents dès 60 ans. Si l’efficacité du vaccin contre le zona est rapporté chez des sujets de 50 ans et plus par les études cliniques (64-70 ans), il semblait nécessaire de s’assurer qu’un taux satisfaisant peut aussi être atteint dans une population de sujets MICI.

Méthodologie

  • Cette étude rétrospective a été menée à partir des données informatisées de vétérans américains analysées entre janvier 2000 et juin 2016. L’analyse a été menée chez ceux qui avaient 60 ans ou plus jusqu’au diagnostic de zona, le décès ou la fin de l’étude.

  • Les cas incidents de zona ont été recensés et les antécédents de vaccination recherchés pour chacun d’eux.

Principaux résultats

  • Au total, les données de 39.983 patients ont été analysées, parmi lesquels 17,9% ont été vaccinés et 1.868 ont présenté un zona au cours du suivi (283.839 personnes-années).

  • Le taux d’incidence du zona était de 6,58 pour 1.000 personnes-années, soit 6,97 contre 4,09 pour 1.000 personnes années parmi les sujets non vaccinés et vaccinés respectivement.

  • Le hazard ratio ajusté était de 0,54 ({0,44-0,68], p

Principales limitations

  • Ces données ne sont pas forcément généralisables à une population plus jeune.

  • La cohorte était composée d’hommes à 96%.

Financement

L’étude a été menée grâce à un financement sans conditions de Pfizer Pharmaceuticals.