La tolérance aux antibiotiques réduit la capacité à empêcher l’apparition d’une résistance lors des traitements par association de médicaments

  • Liu J, et al.
  • Science
  • 10 janv. 2020

  • Par Priscilla Lynch
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle étude publiée dans la revue Science a découvert que la tolérance aux antimicrobiens peut favoriser l’évolution de la résistance aux antimicrobiens, même lors des traitements par association de médicaments largement utilisés et censés empêcher l’apparition d’une telle résistance.

Les chercheurs ont surveillé étroitement la trajectoire évolutive d’isolats séquentiels d’infections sanguines à Staphylococcus aureus résistant à la méticilline (SARM) engageant le pronostic vital qui ont été isolés de patients faisant l’objet d’un traitement d’association pour des infections sanguines à SARM persistantes.

Ils ont observé l’émergence rapide d’une tolérance chez les populations microbiennes, qui a été suivie par le développement d’une résistance, malgré l’utilisation d’un traitement par association d’antibiotiques.

Selon les auteurs, une fois qu’une tolérance a été établie pour un seul des antibiotiques, le bénéfice lié à l’utilisation d’associations de médicaments était perdu. Des expérimentations ayant impliqué différentes classes d’antibiotiques (notamment la vancomycine, la rifampicine et la daptomycine) ont produit des résultats similaires.

Les auteurs de l’étude ont noté qu’il pourrait s’avérer particulièrement pertinent de concevoir des traitements d’association qui prennent en compte la tolérance ou la persistance dans le traitement de la tuberculose. En effet, avec cette maladie, la tolérance serait un facteur majeur de survie du pathogène et la prévention de l’évolution de novo de la résistance chez les patients est cruciale.

« Le caractère général du mécanisme par lequel la tolérance favorise la résistance suggère qu’il est pertinent non seulement pour l’évolution de novo de la résistance par le biais de mutations, mais aussi pour d’autres mécanismes d’acquisition de la résistance, comme le transfert horizontal de gènes », ont-ils ajouté.