La thérapie radionucléide est efficace pour les tumeurs neuroendocrines de haut grade


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La thérapie radionucléide par récepteur de peptide (Peptide Receptor Radionuclide Therapy, PRRT) est sûre et efficace pour les patients atteints de tumeurs neuroendocrines (TNE) de grade 3 (G3), selon une recherche présentée lors de la conférence annuelle de la Société de médecine nucléaire et d’imagerie moléculaire (Society of Nuclear Medicine and Molecular Imaging, SNMMI).

Dans le cadre de l’étude, 69 patients atteints de TNE G3 ayant un indice de prolifération Ki-67 supérieur à 20 % ont reçu une PRRT par DOTATATE ou DOTATOC marqué au Lutétium177 (177Lu) et/ou au 90Y.

46 patients présentaient des TNE pancréatiques, 11 un cancer primitif inconnu, 6 des TNE de l’intestin moyen, 3 des TNE gastriques et 3 des TNE rectales.

La PRRT a été utilisée en traitement de première intention chez 8 patients (11,6 %), en traitement de deuxième intention chez 25 patients (36,2 %) et en traitement de troisième intention chez 28 patients (40,6 %). La durée (moyenne ± écart-type [ET]) entre la biopsie pour l’évaluation du Ki-67 et le premier cycle de traitement était de 27,1 ± 36,8 mois. La durée de suivi médiane était de 94,3 mois.

La survie sans progression (SSP) et la survie globale (SG) médianes se sont révélées être de 9,6 et de 19,9 mois, respectivement. Pour une TNE G3 avec un Ki-67 inférieur ou égal à 55 % (n = 53), la SSP médiane était de 11 mois et la SG médiane de 22 mois. Les patients ayant un Ki-67 supérieur à 55 % (n = 11) avaient une SSP et une SG médianes de 4 et 7 mois, respectivement.

La PRRT a été bien tolérée, sans hépatotoxicité ou hématotoxicité de grade 3/4, et sans déclin significatif de la fonction rénale.