La TEP au flortaucipir, un marqueur prédictif à court terme de l’évolution cognitive

  • Lu M & al.
  • JAMA Neurol
  • 23 févr. 2021

  • Par Agnès Lara
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Cette étude américaine basée sur les résultats de deux études de phase III, montre que l’analyse visuelle des scans de Tomographie par Émission de Positons au flortaucipir (FTP-TEP) permet de prédire l’évolution à court terme de patients souffrant de troubles cognitifs légers ou de démence, associés à la maladie d’Alzheimer.
  • Les patients classés en stade avancé par la lecture visuelle des scans avaient en effet un risque accru de détérioration cognitive à 18 mois par rapport à ceux qui avaient été classés en stade non avancé.

 

Pourquoi l’étude a-t-elle été réalisée ?

Les critères diagnostiques neuropathologiques de la maladie d’Alzheimer (MA) reposent à la fois sur la présence de plaques amyloïdes et celle de faisceaux neurofibrillaires et sont associés à la sévérité de la démence. La charge en protéine Tau pourrait aider au diagnostic de MA et peut-être même prédire l’évolution clinique de la pathologie. Si l’analyse quantitative par FTP-TEP permet de détecter les agrégats de protéine Tau et a été associée à la sévérité des troubles cognitifs et à leur évolution, elle ne peut être utilisée qu’en recherche. L’analyse visuelle des scans selon une méthode récemment approuvée par la FDA pourrait permettre d’intégrer plus facilement ce marqueur à la pratique courante. Une équipe américaine vient d’en évaluer la valeur pronostique sur 18 mois à partir des données de deux essais de phase III.

Méthodologie

Deux études prospectives longitudinales réalisées en ouvert ont été conduites entre décembre 2014 et septembre 2019. La première a enrôlé 298 patients ayant bénéficié d’une FTP-TEP à l’inclusion. La seconde a inclus 205 participants issus de l’essai AMARANTH. Tous présentaient des troubles cognitifs légers ou une démence, supposés dus à une MA à l’inclusion. Ils ont été suivis sur une période de 18 mois. Dans les deux études, les scans ont été évalués selon une méthode d’analyse visuelle du signal de rétention du FTP, et classés en statut « MA avancée » ou « MA non avancée ». L’évolution clinique des participants a été évaluée sur l’échelle CDR de stratification de la sévérité de la démence, et notamment par la somme des cases (CDR-SB) pour avoir une meilleure sensibilité sur l’évolution du déclin cognitif.

Résultats

  • Sur les 364 participants disposant de scans exploitables (âge moyen 72 ans, 48% de femmes), 240 ont été classés comme étant en stade avancé de la MA à partir des scans analysés.
  • Après 18 mois de suivi, 70% de ceux qui avaient un profil de MA avancée avaient un score augmenté d’un point ou plus sur l’échelle CDR-SB, témoignant d’une détérioration clinique significative. Tandis que seulement 46% de ceux qui étaient classés en stade non avancé évoluaient de cette façon.
  • À 18 mois, les scores CDR-SB moyens ajustés avaient progressé de 2,28 et de 0,98 points dans les groupes de participants MA avancée et MA non avancée respectivement (p