La télémédecine, un outil de consultation efficace dans les troubles du comportement liés à la maladie d’Alzheimer

  • Marie-Nelly N, et al.
  • Neurol psychiatr gériatr.

  • Par Agnès Lara
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

L’unité de télémédecine pluridisciplinaire (GERIATRIX), mise en place au sein du service de gériatrie ambulatoire d’un hôpital du Val-de-Marne, montre qu’une téléconsultation pluridisciplinaire est possible et efficace dans la prise en charge des troubles du comportement associés à la maladie d’Alzheimer ou des syndromes apparentés. Elle permet une prise en charge plus précoce et conduit à un faible taux d’hospitalisations (13,4%). Le patient maintenu dans son milieu de vie habituel est plus sécurisé et entouré par les soignants et la personne de confiance le connaissant le mieux. Les auteurs soulignent l’intérêt de limiter les déplacements et d’éviter un passage aux urgences totalement inadapté dans ce type de situation. Le gain est également appréciable en termes de coûts de transport et de d’hospitalisations évitées.

Pourquoi cette étude a-t-elle été réalisée ?

Avec un million de personnes concernées en France, la maladie d’Alzheimer représente la principale cause de démence. La fragilité, la difficulté des déplacements liée à la perte cognitive et fonctionnelle, ou encore la présentation atypique des pathologies associées, rendent la prise en charge de ces patients complexe. Cela est particulièrement vrai pour les troubles du comportement associés à la maladie en EHPAD, en raison du retentissement sur les autres résidents et les soignants, qui ne laissent souvent pas d’autres choix que l’hospitalisation. La télémédecine et notamment les téléconsultations commencent à être envisagées dans ce cadre, à la fois pour favoriser l’efficience des soignants, faciliter l’accès aux soins de ce type de patients et limiter le nombre d'hospitalisations.

Une première expérience dans le Val-de-Marne

L’unité de télémédecine pluridisciplinaire (GERIATRIX), mise en place au sein du service de gériatrie ambulatoire de l’hôpital de Limeil-Brévannes (94) depuis 2016, apporte son expertise à une dizaine d’EHPAD à travers des téléconsultations réalisées via le réseau sécurisé ORTIF (Outil régional de télémédecine d’Ile-de-France). Ces consultations peuvent ainsi être réalisées dans un environnement  connu et donc plus sécurisant pour le patient, en présence du personnel soignant et de la personne de confiance ayant une bonne connaissance de la situation. L’équipe de télémédecine dresse un premier bilan de l’intérêt de ces téléconsultations dans la prise en charge des troubles du comportement chez les patients institutionnalisés atteints de maladie d’Alzheimer ou de syndromes apparentés.

Des consultations de qualité et peu d’hospitalisations

Toutes les demandes de téléconsultation survenues entre juillet 2016 et octobre 2018 ont été prises en compte dans une analyse rétrospective. Parmi les 398 consultations réalisées durant cette période, les motifs les plus fréquents étaient les plaies chroniques (40,9%) et les troubles du comportement (35,7%).

S’intéressant plus particulièrement aux troubles du comportement, l’équipe de télémédecine a constaté qu’il s’agissait de troubles à type d’agressivité ou d’agitation dans 48,6% des cas et qu’il existait une symptomatologie anxio-dépressive dans 31,7% des cas. Un comportement moteur aberrant et des délires ou hallucinations étaient présents dans 11,2% des cas.

Au final, suite à la téléconsultation, la grande majorité des patients a pu rester en EHPAD (76,6%).

Seul 13,4% des consultations pour troubles du comportement ont conduit à une hospitalisation, et toutes ont pu être programmées évitant ainsi le passage aux urgences. Les autres patients (10%) ont été adressés à une consultation de gériatrie ambulatoire afin de bénéficier d’examens cliniques spécifiques.