La survie du cancer du sein est inférieure de 18 % chez les hommes, comparativement aux femmes

  • JAMA Oncol

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Aux États-Unis, les hommes atteints d’un cancer du sein présentent une survie inférieure de près de 20 %, comparativement aux femmes.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le sous-traitement et les caractéristiques cliniques (par exemple, une proportion plus élevée de diagnostics à un stade avancé) sont à l’origine d’environ 63,3 % de la mortalité supplémentaire.
  • D’autres recherches portant sur les disparités au niveau de la survie sont nécessaires.

Protocole de l’étude

  • Une cohorte rétrospective (n = 16 025 hommes et 1 800 708 femmes atteints d’un cancer du sein) issue de la base de données nationale sur le cancer (National Cancer Database ; 2004–2014) a été analysée.
  • Financement : Conseil des bourses d’études de Chine.

Principaux résultats

  • Les hommes ont présenté une SG inférieure aux femmes :
    • Taux de SG à trois ans : 86,4 % contre 91,7 % pour les femmes.
    • Taux de SG à cinq ans : 77,6 % contre 86,4 % pour les femmes.
  • La mortalité supplémentaire identifiée chez les hommes a été observée quel que soit le stade du cancer du sein au moment du diagnostic.
  • Les caractéristiques cliniques et le sous-traitement étaient à l’origine de 63,3 % de la mortalité supplémentaire :
    • Les hommes étaient plus âgés au moment du diagnostic, avec une moyenne d’âge de 63,3 ans contre 59,9 ans pour les femmes.
    • Les hommes présentaient également un pourcentage plus élevé de diagnostic à un stade avancé, avec 14,0 % contre 8,9 % pour le stade III, et 5,8 % contre 3,8 % pour le stade IV.
    • Les hommes étaient également moins susceptibles de faire l’objet d’une endocrinothérapie (57,9 % contre 70,2 % des cancers à récepteurs hormonaux positifs) et d’une radiothérapie (64,9 % contre 78,6 % après la chirurgie conservatrice du sein).
  • Après un ajustement pour prendre en compte les facteurs cliniques et les facteurs liés au traitement, les hommes présentaient une mortalité totale plus élevée (rapport de risque corrigé [RRc] : 1,18 ; IC à 95 % : 1,15–1,22).

Limites

  • La cause des décès n’a pas été enregistrée.