La survie de l’arthroplastie totale du genou « convertie »


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle recherche suggère que l’arthroplastie totale du genou (ATG) convertie à partir d’une arthroplastie unicompartimentale du genou (AUG) médiale entraîne un risque trois fois plus élevé de révision, par rapport à une ATG primaire. 

Pour les besoins de l’étude, publiée dans la revue Journal of Bone & Joint Surgery, des chercheurs ont comparé les résultats de 1 012 ATG converties à partir d’une AUG à 73 819 ATG primaires de novo et à 2 572 ATG de révision, en se servant des données issues du registre danois sur l’arthroplastie du genou de 1997 à 2017. Le critère d’évaluation principal était le risque de révision. 

Les auteurs ont découvert que, pour les patients ayant fait l’objet d’une conversion d’une AUG en ATG, les résultats à long terme étaient similaires à ceux des patients ayant fait l’objet d’une ATG de révision. Ces deux groupes avaient un taux estimé de survie de l’implant à 15 ans de 78 %. En revanche, le taux de survie de l’implant à 15 ans pour l’ATG primaire était de 94 %. Le type d’implant n’a pas affecté les résultats pour les patients ayant fait l’objet d’une conversion d’une AUG en ATG. Les principales raisons de conversion d’une AUG étaient un relâchement de l’implant, la présence d’une douleur inexpliquée et la progression de l’arthrite.

« Sur la base de cette étude, nous estimons qu’un examen attentif est nécessaire avant de recourir à une AUG médiale comme traitement de l’arthrose du genou, car une conversion potentielle en ATG a diminué la survie de l’implant, par rapport à la survie constatée à la suite d’une ATG primaire », ont conclu les auteurs.