La surveillance de la protéine C-réactive de haute sensibilité après un syndrome coronaire aigu pourrait s’avérer bénéfique


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle analyse suggère que des mesures sérielles de la protéine C-réactive de haute sensibilité (PCRhs) durant le suivi après un syndrome coronaire aigu (SCA) pourrait aider à identifier les patients à risque plus élevé de mortalité et de morbidité. 

Dans une analyse secondaire de l’essai Suppression de l’inflammation vasculaire pour traiter le syndrome coronaire aigu pendant 16 semaines (VISTA-16), les chercheurs ont évalué si les augmentations longitudinales des mesures de la PCRhs durant les 16 semaines qui suivent un SCA étaient associées de manière indépendante à un risque plus élevé d’événements indésirables cardiaques majeurs (EICM), regroupant le décès cardiovasculaire, l’infarctus du myocarde, l’accident vasculaire cérébral d’issue non mortelle et l’angor instable avec ischémie documentée nécessitant une hospitalisation, de décès toutes causes confondues et de décès cardiovasculaire. 

Ils ont découvert que parmi les 4 257 participants à l’essai, un taux plus élevé de la PCRhs à l’inclusion (risque relatif [RR] : 1,36 ; IC à 95 % : 1,13–1,63 ; P = 0,001) et un taux longitudinal plus élevé de la PCRhs (RR : 1,15 ; IC à 95 % : 1,09–1,21 ; P 

Les auteurs ont déclaré que de plus amples recherches sont nécessaires pour déterminer si des mesures à l’inclusion et sérielles de la PCRhs peuvent aider à guider l’utilisation de traitements anti-inflammatoires ciblés à la suite d’un SCA, afin de contribuer à réduire davantage le risque cardiovasculaire résiduel au sein de cette population vulnérable. 

La recherche a été publiée dans la revue JAMA Cardiology