La surexpression de PD-L1 prédit le pronostic du carcinome du nasopharynx

  • Liu X & al.
  • Front Oncol
  • 1 janv. 2019

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une forte expression du ligand 1 de mort cellulaire programmée (Programmed Cell Death Ligand-1, PD-L1) est associée à des résultats de survie défavorables chez les patients atteints d’un carcinome du nasopharynx (CNP), d’après les résultats d’une revue systématique et d’une méta-analyse.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les biomarqueurs pronostiques peuvent guider la prise en charge des patients.

Principaux résultats

  • Une forte expression de PD-L1 était associée à une réduction de la survie globale (SG ; neuf études ; rapport de risque [RR] : 1,48 ; P = 0,049).
    • Lors de l’analyse des sous-groupes, l’expression de PD-L1 était associée à la SG chez les patients atteints d’une maladie de stade II–III (P = 0,016), d’une maladie de stade III–IV (P = 0,049) et chez les patients présentant une récidive/précédemment traités (P = 0,044).
  • Une forte expression de PD-L1 n’était pas associée de manière significative à la survie sans maladie (SSM ; six études ; RR : 1,51 ; P = 0,162), à la survie sans métastase à distance (trois études ; RR : 1,75 ; P = 0,277) ou à la survie sans récidive locale (deux études ; RR : 0,67 ; P = 0,756).

Protocole de l’étude

  • La méta-analyse a inclus 11 études (1 315 patients atteints d’un CNP).
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Limites

  • Hétérogénéité des études incluses.