La suppression de la TSH pourrait ne présenter aucun bénéfice dans le cadre du CTD à risque intermédiaire/élevé

  • Klubo-Gwiezdzinska J & al.
  • JAMA Netw Open
  • 1 févr. 2019

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’analyse d’une base de données multicentrique suggère que la suppression de la thyrotrophine/thyréostimuline (Thyroid-Stimulating Hormone, TSH) n’est pas associée à une amélioration de la SSP chez les patients atteints d’un cancer de la thyroïde différencié (CTD) à risque intermédiaire ou élevé.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les données concernant l’association entre la suppression de la TSH et les résultats des patients sont contradictoires.

Principaux résultats

  • 33,8 % des patients ont présenté une progression de la maladie et 3,9 % sont décédés.
  • La suppression de la TSH n’était pas associée de manière significative à la SSP à un an et demi (P = 0,41), à trois ans (P = 0,51) ou à cinq ans (P = 0,64).
  • La suppression de la TSH n’était pas associée de manière significative à la SG à un an et demi (P = 0,69) ou à cinq ans (P = 0,52).
  • La non-suppression de la TSH était associée à une meilleure SG à trois ans (suppression modérée/taux faible-normal, contre suppression [RR : 0,10 ; P = 0,03] ; taux faible-normal/élevé, contre suppression [RR : 0,10 ; P = 0,03]).

Protocole de l’étude

  • 867 patients atteints d’un CTD à risque intermédiaire ou élevé, traités par thyroïdectomie totale et iode radioactif ainsi que par lévothyroxine pour supprimer la TSH, ont été analysés pour déterminer les associations entre le niveau de suppression de la TSH et la SSP.
  • Financement : NIH.

Limites

  • Étude rétrospective.