La supplémentation en vitamine D n’a aucun effet sur la prévention de la TB chez les écoliers

  • Ganmaa D & al.
  • N Engl J Med
  • 23 juil. 2020

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Dans cet essai clinique randomisé (ECR), une supplémentation en vitamine D à haute dose n’est pas parvenue à prévenir l’infection à la tuberculose (TB) et la maladie chez des écoliers.

Pourquoi est-ce important ?

  • La justification du premier ECR en son genre était que les métabolites de la vitamine D soutiennent les réponses immunitaires innées à la bactérie Mycobacterium tuberculosis, laquelle provoque la TB.
  • Les résultats ne soutiennent pas la supplémentation en vitamine D pour la prévention de la TB.

Méthodologie

  • Un ECR (N = 8 851) a été mené, dans le cadre duquel des écoliers sans infection à la TB latente en Mongolie ont reçu un placebo par voie orale à prendre chaque semaine ou 14 000 UI de vitamine D3 sur une période de 3 ans.
  • Le critère d’évaluation principal était l’apparition d’une infection à la TB latente, telle que démontrée par la conversion vers un résultat positif au test QuantiFERON-TB Gold In-Tube (QFT).
  • Financement : Instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health, NIH).

Principaux résultats

  • Aucune différence n’a été constatée entre les groupes à trois ans concernant la conversion vers un résultat positif au test QFT indiquant une infection à la TB latente :
    • risque relatif corrigé (RRc) : 1,10 (P = 0,42).
  • Le groupe de la vitamine D (par rapport au placebo) présentait une concentration sérique moyenne de 25-hydroxyvitamine D plus élevée (31,0, contre 10,7 ng/ml).
    • Différence moyenne entre les groupes : 20,3 ng/ml (IC à 95 % : 19,9–20,6).
  • Aucune différence n’a été observée entre les groupes concernant :
    • la maladie de la TB : RRc de 0,87 (IC à 95 % : 0,49–1,55) ;
    • les hospitalisations en vue d’un traitement des infections respiratoires aiguës : RRc de 0,86 (IC à 95 % : 0,52–1,40) ;
    • l’incidence des événements indésirables.

Limites

  • Il se peut que l’ECR n’ait pas disposé de la puissance statistique nécessaire pour mesurer l’événement du critère d’évaluation principal.