La Société européenne de cardiologie a publié un rapport sur le fardeau des MCV en Europe


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les pays à revenu intermédiaire portent l’essentiel du fardeau de morbidité et de mortalité que font peser les maladies cardiovasculaires (MCV) en Europe, selon un rapport important publié cette semaine dans la revue European Heart Journal

L’article s’appuie sur des données de l’Atlas de la cardiologie (Atlas of Cardiology) de la Société européenne de cardiologie (European Society of Cardiology, ESC) et détaille le fardeau des MCV dans 56 pays membres de l’ESC, ainsi que les infrastructures et les ressources humaines disponibles pour le traitement de ces maladies et les grandes disparités qui existent entre les États en matière d’accès aux diagnostics et aux traitements modernes.

Il montre que, par rapport aux pays à revenu élevé, les pays à revenu intermédiaire enregistrent des décès prématurés par MCV plus nombreux, une proportion plus élevée d’années de vie potentielles perdues à cause des MCV, ainsi qu’une incidence et une prévalence des maladies cardiaques coronaires et des accidents vasculaires cérébraux standardisées selon l’âge plus élevées. Cependant, malgré ces constats, les données montrent que les pays faisant partie du groupe à revenu intermédiaire restent dans une situation de grave insuffisance des ressources, par rapport aux pays à revenu élevé, en termes de main d’œuvre dans le domaine de la cardiologie et d’infrastructures technologiques.

Le rapport identifie des disparités d’un facteur de 1 à 15 concernant le nombre de cardiologues par million d’habitants parmi les pays membres de l’ESC, ces nombres variant de moins de 30 cardiologues par million d’habitants en Irlande, au Royaume-Uni et en Turquie à plus de 250 par million d’habitants en Grèce, en Italie et en République de Géorgie. 

Les femmes représentaient seulement 28 % de l’ensemble des cardiologues.