La Société américaine du cancer met à jour ses recommandations relatives au dépistage du cancer du col de l’utérus

  • Fontham ETH & al.
  • CA Cancer J Clin
  • 30 juil. 2020

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La Société américaine du cancer (American Cancer Society) a mis à jour ses recommandations de 2012 relatives au dépistage du cancer du col de l’utérus.
  • Ces recommandations référencent les patientes qui font l’objet d’un premier dépistage du cancer du col de l’utérus, celles dont les précédents résultats de dépistage du cancer du col de l’utérus étaient normaux, et celles qui ont repris le dépistage du cancer du col de l’utérus de routine conformément aux recommandations de suivi des Directives consensuelles sur la prise en charge basée sur le risque (Risk-Based Management Consensus Guidelines).

Recommandations principales

  • Ces recommandations s’appliquent à toutes les personnes asymptomatiques qui ont un col de l’utérus, indépendamment de leurs antécédents sexuels ou du statut de vaccination contre le virus du papillome humain (VPH).
  • Les personnes doivent faire l’objet d’un premier dépistage du cancer du col de l’utérus à l’âge de 25 ans, et faire l’objet d’un dépistage primaire du VPH tous les 5 ans jusqu’à l’âge de 65 ans.
    • Si aucun dépistage primaire du VPH n’est disponible, un codépistage (dépistage du VPH associé à une cytologie) tous les cinq ans ou une cytologie seule tous les trois ans sont recommandés.
  • Les personnes âgées de 65 ans ou plus, qui ne présentent aucun antécédent de néoplasie intraépithéliale cervicale de grade 2 ou supérieur au cours des 25 dernières années et qui peuvent justifier d’un dépistage conforme négatif au cours des 10 dernières années, peuvent arrêter le dépistage du cancer du col de l’utérus.
    • Le dépistage peut être arrêté chez les personnes de tout âge ayant une espérance de vie limitée.
  • Ces recommandations ne s’appliquent pas aux personnes présentant un risque accru de cancer du col de l’utérus en raison d’une transplantation d’organe solide ou de cellules souches, d’une infection au virus de l’immunodéficience humaine (VIH) ou d’une immunosuppression due à d’autres causes, ou d’une exposition in utero au diéthylstilbestrol.