La situation sanitaire d’un camp en Syrie fait l’objet de vives préoccupations


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

De vives préoccupations ont été exprimées concernant la détérioration des conditions humanitaires dans le camp de Rukban, en Syrie. Dans la région, qui compte 40 000 personnes, des femmes et des enfants pour la majeure partie sont bloqués dans le camp, dans l’incapacité de le quitter. 

La semaine dernière, l’UNICEF avait averti que les températures glaciales et les conditions de vie difficiles mettaient de plus en plus en danger la vie des enfants présents sur place. En un mois, au moins huit enfants sont décédés ; la plupart d’entre eux avaient moins de quatre mois et le plus jeune était âgé d’une heure seulement. 

Geert Cappelaere, le directeur régional de l’UNICEF pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, a déclaré que sans soins de santé accessibles et fiables, sans abri, ni protection, d’autres enfants mourront à Rukban, ainsi qu’à Deir-Ez-Zor, en Syrie orientale, où près de 10 000 personnes sont déplacées. « L’histoire nous jugera pour ces morts entièrement évitables », a averti M. Cappelaere. 

Dans un appel urgent à agir, l’OMS a déclaré qu’un accès immédiat au camp est nécessaire pour évaluer la situation sanitaire, fournir des médicaments et du matériel médical essentiels et assurer l’évacuation médicale des patients gravement malades. « Il est impératif que nous puissions les aider dès que possible en leur apportant une assistance médicale, afin d’éviter de nouvelles morts inutiles », a déclaré Elizabeth Hoff, la représentante de l’OMS en Syrie.