La signature radiomique prédit la réponse au traitement d’induction dans le cadre du cancer du nasopharynx

  • Zhao L & al.
  • Eur Radiol
  • 1 août 2019

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un nomogramme radiomique basé sur l’IRM s’est montré performant pour prédire la réponse à la chimiothérapie d’induction (CI), chez des patients atteints d’un carcinome du nasopharynx (CNP).

Pourquoi est-ce important ?

  • Les nomogrammes précis sont des outils précieux pour la stratification des patients.

Principaux résultats

  • Le nomogramme basé sur les données cliniques intégrées et la signature radiomique a fait preuve d’une meilleure performance pronostique que les données cliniques seules dans la cohorte de validation (indice C : 0,863 contre 0,549 ; P 
  • Aire sous la courbe, précision, valeur prédictive positive et valeur prédictive négative pour la réponse à la CI :
    • cohorte d’entraînement : 0,9524, 95,00 %, 92,59 % et 95,89 %, respectivement ;
    • cohorte de validation : 0,8627, 82,61 %, 100 % et 80,95 %, respectivement.
  • D’après le nomogramme, les patients ayant répondu à la CI ont présenté une amélioration de la SSP à 3 ans, comparativement aux non-répondeurs (84,81 % contre 39,75 % ; P 
  • Les patients classés comme étant à faible risque ont présenté une amélioration de la SSP à 3 ans, comparativement aux patients classés comme étant à risque élevé (76,24 % contre 48,04 % ; P 

Protocole de l’étude

  • 123 patients atteints d’un CNP et analysés par IRM (100 dans la cohorte d’entraînement et 23 dans la cohorte de validation) ont été inclus.
  • Financement : Fondation nationale des sciences naturelles de Chine ; Projet principal de la province du Shanxi.

Limites

  • Étude rétrospective.