La sensibilisation aux maladies urologiques en Europe est à des niveaux bas alarmants


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les résultats d’une nouvelle enquête internationale menée auprès de plus de 2 500 participants issus de cinq pays ont mis en évidence un faible niveau de sensibilisation du public aux maladies urologiques en Europe « qui est alarmant ». 

L’enquête, commanditée par l’Association européenne d’urologie (European Association of Urology, EAU), a découvert que seule une personne interrogée sur quatre était en mesure d’identifier l’emplacement de la prostate et que les hommes s’étaient montrés plus confiants pour reconnaître les symptômes du cancer du sein (31 %) que ceux du cancer de la prostate (27 %). 

Près d’un quart des participants ont indiqué attendre plus d’un mois avant de consulter un médecin s’ils avaient des besoins fréquents d’uriner et 43 % des participants ne se rendraient pas immédiatement chez leur médecin s’ils remarquaient la présence de sang dans leur urine.  

L’enquête a également identifié un faible taux de sensibilisation concernant la spécialité médicale de l’urologie, 40 % des personnes interrogées n’étant pas en mesure d’identifier en quoi consistait le travail d’un urologue et près de 15 % pensaient qu’un urologue s’occupait des troubles du système squelettique, nerveux ou circulatoire. 

Commentant les résultats, Manfred Wirth, professeur d’urologie et membre du comité exécutif de l’EAU chargé de la communication a déclaré : « Il est temps pour l’Europe de changer d’attitude envers l’urologie et d’investir dans des campagnes éducatives pour accroître les connaissances en matière d’urologie et pour briser les tabous. »