La sensibilisation à la densité mammaire s’améliore aux États-Unis, tout comme les connaissances concernant les risques

  • Rhodes DJ & al.
  • J Am Coll Radiol
  • 19 nov. 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Aux États-Unis, 66 % des femmes ont entendu parler de la densité mammaire (DM), ce qui représente une augmentation significative comparativement à 5 ans auparavant, d’après les résultats d’une enquête représentative sur le plan national.
  • Parmi celles qui étaient sensibilisées à la DM, 66 % avaient connaissance de son association au risque de cancer, ce qui représente également une augmentation comparativement à 5 ans auparavant.
  • Sur toutes les femmes interrogées, près de 80 % étaient en faveur d’une loi qui rendrait obligatoires les informations concernant la DM.

Pourquoi est-ce important ?

  • Il s’agit de la première enquête longitudinale de ce type.

Protocole de l’étude

  • Une enquête longitudinale, représentative sur le plan national, a été menée auprès de femmes américaines âgées de 40–74 ans, entre 2012 et 2017.
  • Le seuil de significativité statistique était fixé à P 
  • Financement : Clinique Mayo (Mayo Clinic).

Principaux résultats

  • 65,8 % des sondées avaient entendu parler de la DM, contre 57,5 % en 2012 (P = 0,0002).
    • Les femmes d’origine ethnique hispanique étaient moins sensibilisées à la DM en 2017 que les femmes d’origine ethnique non hispanique (rapport de cotes [RC] : 0,25 ; P 
  • Parmi les femmes sensibilisées à la DM, 76,5 % ont répondu correctement qu’une densité mammaire élevée brouille la détection du cancer du sein, mais ce résultat était similaire à celui obtenu en 2012 (71,5 % ; P = 0,04).
  • Parmi les femmes sensibilisées à la DM, 65,5 % savaient que la DM augmente le risque de cancer du sein (contre 58,5 % en 2012, ce qui représente une amélioration significative ; P = 0,009).
  • La plupart des femmes souhaitaient connaître leur DM (62,5 % de toutes les sondées en 2017, contre 59,8 % en 2012 ; P = 0,46).
  • 78,8 % de toutes les femmes étaient en faveur d’une loi fédérale sur la DM en 2017, un résultat similaire à celui obtenu en 2012 (76,2 % ; P = 0,02).

Limites

  • Taux de réponse faible en 2017 (55 %).