La SBRT et l’ablation par RF sont comparables dans le CPNPC précoce

  • Lam A & al.
  • J Vasc Interv Radiol
  • 27 juil. 2018

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Dans les centres à grands volumes, les patients atteints d’un CPNPC de stade I et faisant l’objet d’une ablation par radiofréquence (RF) ont une SG similaire à ceux faisant l’objet d’une radiothérapie stéréotaxique du corps (Stereotactic Body Radiotherapy, SBRT), mais présentent un risque plus élevé de réadmission non prévue dans les 30 jours suivant le traitement.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les données comparant ces deux modalités de traitement étaient insuffisantes.

Protocole de l’étude

  • Des patients atteints d’un CPNPC de stade I, issus de la base de données nationale du cancer (National Cancer Database), ont fait l’objet d’une ablation par RF (n = 335) ou d’une SBRT (n = 4 454).
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • La SG médiane était similaire dans les deux groupes (40,3 mois pour la SBRT, contre 37,8 mois pour l’ablation par RF).
  • La SG à 1, 3 et 5 ans était similaire dans les deux groupes (86,6 %, 54,1 % et 33,4 % pour la SBRT, et 89,8 %, 52,1 % et 26,0 % pour l’ablation par RF, respectivement).
  • Après appariement selon les scores de propension (312 paires), il n’y avait aucune différence significative entre les groupes au niveau de la SG (P = 0,835) et la SG à 1, 3 et 5 ans était similaire (85,5 %, 54,3 % et 31,9 % pour la SBRT, et 89,3 %, 52,7 % et 27,1 % pour l’ablation par RF, respectivement).
  • Le risque de réadmission non prévue dans les 30 jours suivant le traitement était significativement plus élevé chez les patients ayant fait l’objet d’une ablation par RF (RR : 11,536 ; P 
  • Dans l’ensemble, après une analyse de régression de Cox, il n’y avait aucune différence statistiquement significative au niveau du risque de mortalité entre les groupes (P = 0,285), mais le risque de mortalité était significativement inférieur pour les femmes, comparativement aux hommes (RR : 0,812 ; P 

Limites

  • Analyse rétrospective.