La RTSC retarde l’augmentation du traitement dans le cadre du cancer de la prostate oligométastatique

  • Bowden P & al.
  • Int J Cancer
  • 14 juin 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La radiothérapie stéréotaxique du corps (RTSC) retarde l’augmentation du traitement chez les hommes atteints d’un cancer de la prostate oligométastatique, indépendamment du nombre de lésions.
  • Aucune toxicité associée de grade 3 n’a été observée.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les résultats suggèrent que la RTSC peut retarder l’augmentation du traitement et améliorer la qualité de vie (QdV) chez certains patients. 

Protocole de l’étude

  • Il s’agit de l’analyse intermédiaire de l’étude de phase II TRANSFORM, menée auprès de 199 hommes atteints d’un cancer de la prostate (5 lésions ou moins), qui avaient préalablement fait l’objet d’un traitement local définitif et qui ont reçu une RTSC fractionnée.
  • Financement : Fondation médicale Epworth (Epworth Medical Foundation) ; Fondation E. J. Whitten (E. J. Whitten Foundation) pour la lutte contre le cancer de la prostate.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 35,1 mois.
  • 51,7 % des patients n’ont pas nécessité d’augmentation du traitement à 2 ans.
  • Le délai médian de survie sans augmentation du traitement était de 27,1 mois.
  • Un taux d’antigène spécifique de la prostate (Prostate-Specific Antigen, PSA) en hausse et une progression étaient les motifs les plus fréquents d’augmentation du traitement.
  • Un traitement par privation androgénique antérieur (rapport de risque [RR] : 1,97 ; P = 0,005) et une augmentation de l’âge (RR : 1,39 ; P 
  • L’augmentation du traitement était similaire chez les patients présentant 1–3 lésions, comparativement à ceux présentant 4–5 lésions.
  • 75,0 % des patients ont présenté une baisse du PSA après la RTSC, et 6 ont obtenu un taux de PSA indétectable.
  • Aucune toxicité tardive de grade 3 n’a été signalée.

Limites

  • Absence de groupe témoin.