La RT courte avec report d’intervention chirurgicale est une alternative recommandée dans le cancer rectal

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

À retenir

  • Les trois options thérapeutiques engendrent des résultats oncologiques similaires.
  • La radiothérapie longue avec report prolonge la durée du traitement ; les complications postopératoires ont été nettement réduites grâce à la radiothérapie courte avec report, par rapport à l’intervention chirurgicale immédiate.

Pourquoi est-ce important ?

  • La radiothérapie fractionnée et le délai entre la radiothérapie et l’intervention chirurgicale optimaux dans le cancer rectal restent non résolus.

Principaux résultats

  • Les incidences cumulatives de récidive locale ou de métastases à distance n’étaient pas nettement différentes entre les trois groupes de traitement.
  • Aucune différence de survie globale ou de survie sans récidive n’a également été observée.
  • Une toxicité aiguë induite par le rayonnement a été observée chez < 1 % des patients après la radiothérapie courte, chez 7 % après la radiothérapie courte avec report et chez 5 % après la radiothérapie longue avec report.
  • Une analyse combinée des schémas de radiothérapie courte a démontré une réduction du risque de complications postopératoires après la radiothérapie courte avec report.

Conception de l’étude

  • Un essai de non-infériorité, multicentrique et randomisé (Stockholm III) a divisé des patients atteints d’un cancer rectal (n = 840) en trois bras de traitement entre 1998 et 2013 : radiothérapie courte avec intervention chirurgicale dans la semaine suivante (n = 357) ou dans les 4 à 8 semaines suivantes (radiothérapie courte avec report, n = 355) ou radiothérapie longue avec report (n = 128).
  • Les traitements ont été considérés comme étant non inférieurs si la limite supérieure de l’IC à 90 % bilatéral de RR était de ≤ 1,7.
  • Financement : Conseil de recherche de Suède.

Limites

  • La toxicité associée à la radiothérapie a probablement été masquée par les complications postopératoires dans le groupe d’intervention chirurgicale précoce ; période d’étude prolongée.