La résistance aux antibiotiques utilisés contre les infections à helicobacter pylori double tous les 20 ans en Europe, nouveaux résultats d'étude

  • Megraud, F, et al.
  • 2019 United European Gastroenterology (UEG) Week
  • 21 oct. 2019

  • Par Priscilla Lynch
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La résistance aux antibiotiques de première ligne utilisés contre les infections à helicobacter pylori (H. pylori) a plus que doublé en l'espace de 20 ans, selon les nouveaux travaux présentés lors de la 2019 United European Gastroenterology (UEG) Week qui s'est tenue à Barcelone. 

L'étude, qui a évalué 1232 patients dans 18 pays européens, a étudié la résistance aux antibiotiques traditionnellement administrés contre H. pylori, une cause majeure de nombreuses pathologies gastriques.

La résistance à la clarithromycine, l'un des antimicrobiens les mieux établis et utilisés pour éradiquer l'espèce H. pylori, a augmenté de 9,9 % en 1998 à 21,6 % l'année dernière, une augmentation de résistance également observée pour la lévofloxacine et le métronidazole selon les chercheurs.

L'étude a déterminé que les taux de résistance primaire à la clarithromycine de l'espèce H. pylori étaient les plus élevés dans le sud de l'Italie (39,9 %), en Croatie (34,6 %) et en Grèce (30 %), conformément aux rapports antérieurs prédisant que l'Italie et la Grèce seraient les membres de l'UE qui présenteraient le plus grand nombre de décès liés à l'antibiorésistance d'ici 2050. Les niveaux élevés de résistance de ces pays ont été attribués à une surconsommation d'antibiotiques utilisés pour traiter divers états, notamment le rhume et la grippe, et à un manque de soutien institutionnel pour les stratégies de confinement du phénomène de résistance aux antibiotiques.  

« Les résultats de cette étude sont véritablement préoccupants, car l'espèce H. pylori est la principale cause de maladie peptique (gastro-duodénale) et de cancer de l'estomac, » précise Mário Dinis-Ribeiro, Président de la Société européenne d'endoscopie gastro-intestinale (European Society of Gastrointestinal Endoscopy).