La réponse endothéliale au stress comme marqueur prédictif du risque cardiovasculaire

  • Lima BB & al.
  • JAMA Cardiol
  • 11 sept. 2019

  • Par Agnès Lara
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les sujets souffrant de maladie coronarienne stable, la présence d’une dysfonction endothéliale transitoire suite à une épreuve de stress psychologique permet de prédire la survenue ultérieure d’événements cardiovasculaires majeurs, avec un effet dose réponse et indépendamment des facteurs de risque cardiovasculaire habituels.
  • Ces résultats indiquent que la technique non invasive de dilatation liée au flux pourrait constituer un outil pour quantifier le niveau de dysfonctionnement endothélial et peut-être même être utilisée en clinique pour identifier les patients à haut risque cardiovasculaire.

 

Un stress psychologique aigu est associé à une augmentation de la morbi-mortalité cardiovasculaire. L’altération de la fonction endothéliale et le processus accéléré d’athérogenèse en conditions de stress pourraient être impliqués dans les mécanismes physiopathologiques sous-jacents, mais cela n’a pas été vraiment exploré chez l’homme. Une équipe américaine a donc voulu savoir si une dysfonction endothéliale transitoire liée à un stress psychologique pouvait être associée à la survenue ultérieure d’événements cardiovasculaires majeurs chez des patients souffrant de maladie coronarienne stable.

Mesurer la dilatation liée aux flux pour évaluer la fonction endothéliale

Pour ce faire, 569 patients (âge moyen 62,6 ans, 73,8% d’hommes, 29,5% d’afro-américains) ont été soumis à un stress psychologique de courte durée en laboratoire (parler en public). La dilatation liée au flux (ou FMD pour flow mediated dilatation) a été mesurée avant et 30 minutes après l’épreuve de stress. Cette technique permet de mesurer par échographie la capacité de l’artère brachiale à se dilater après une occlusion par brassard à une pression suprasystolique, durant une phase dite d’hyperémie réactive dépendante de la production de NO par l’endothélium. La FMD s’exprime en pourcentage d’augmentation du diamètre de l’artère par rapport à son diamètre de base. 

La FMD comme marqueur pronostique du risque cardiovasculaire

Un dysfonctionnement endothélial transitoire, détecté par des valeurs plus basses de la FMD (par rapport à la mesure pré-stress), a été observé chez 63,3% des participants à l’étude. Au cours de la période de suivi de 3 ans qui a suivi ces tests, 74 patients ont eu un événement cardiovasculaire majeur (MACE pour MajorAdverse Cardiovascular Events- décès, infarctus du myocarde, angor instable ou hospitalisation pour insuffisance cardiaque). La valeur post-stress (mais pas pré-test) était associée au risque de survenue d’un MACE, qui augmentait de 14% pour chaque baisse de 1% de la FMD post-stress. La variation de FMD entre les mesures pré- et post-test était également associée aux MACE (augmentation du risque de 17% pour chaque baisse de FMD de 1%). Chez les sujets qui avaient manifesté une dysfonction transitoire lors de l’épreuve de stress, le risque de MACE était globalement augmenté de 78% par rapport à ceux qui n’en avait pas eu (HR 1,78 [1,15-2,76]).