La relation entre les AINS et le risque cardiovasculaire chez les patients atteints d’une arthrose


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle étude ayant évalué le rôle médiateur de l’utilisation d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) dans le cadre de la relation entre l’arthrose (osteoarthritis, OA) et les maladies cardiovasculaires (MCV) a révélé que l’utilisation d’AINS pouvait contribuer de façon substantielle à l’association OA–MCV.

L’étude a inclus 7 743 patients atteints d’une OA et 23 229 témoins sans OA provenant de la province de Colombie-Britannique au Canada. 

Il en ressort que les personnes atteintes d’une OA présentaient un risque de développer une MCV 23 % plus élevé, par rapport aux personnes sans OA. Le risque d’insuffisance cardiaque congestive était 42 % plus élevé chez les personnes atteintes d’une OA que chez les personnes sans OA, tandis que le risque de cardiopathie ischémique et d’accident vasculaire cérébral étaient 17 % et 14 % plus élevés chez les patients atteints d’une OA, respectivement.

Les auteurs ont rapporté qu’une proportion approximative de 41 % du risque accru de MCV chez les personnes atteintes d’une OA était médiée par leur utilisation d’AINS. 

Selon les auteurs, qui ont écrit dans la revue Arthritis & Rheumatology, les résultats suggèrent « qu’une partie notable du risque accru de MCV chez les personnes atteintes d’une OA est médiée par leur utilisation d’AINS ». Ils ont déclaré que de futures recherches avec un suivi prospectif sont nécessaires pour confirmer ces résultats.