La relation entre la consommation d’alcool parentale et les cardiopathies congénitales chez la descendance


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle recherche suggère que la consommation d’alcool parentale avant la conception est associée à des cardiopathies congénitales (CC) chez la descendance, des experts ayant suggéré que les futurs parents doivent avoir conscience de cette association. 

La revue systématique et la méta-analyse, publiées dans la revue European Journal of Preventive Cardiology, ont porté sur des données provenant de 55 études ayant inclus 41 747 cas de CC et 297 587 témoins. 

L’étude a révélé que l’exposition à l’alcool chez la mère (rapport de cotes [RC] : 1,16 ; IC à 95 % : 1,05–1,27) et chez le père (RC : 1,44 ; IC à 95 % : 1,19–1,74) a été significativement associée au risque de CC totales chez la descendance. L’association a montré une relation dose-réponse non linéaire. 

La beuverie express (définie comme 5 verres ou plus en une seule occasion) chez les futurs pères ou les futures mères a été associée à une augmentation du risque de 52 % et 16 %, respectivement.

« Les mécanismes sous-jacents faisant le lien entre la consommation d’alcool parentale et les cardiopathies congénitales sont incertains et justifient la conduite d’autres recherches. Bien que notre analyse présente des limites, le type d’alcool consommé n’ayant pas été consigné par exemple, elle indique cependant que les hommes et les femmes prévoyant de fonder une famille doivent renoncer à l’alcool », a déclaré l’auteur de l’étude, le Dr Jiabi Qin de l’École de santé publique de Xiangya, de l’Université centrale du Sud à Changsha, en Chine.