La réadministration de l’immunothérapie est sans danger après des événements indésirables

  • Simonaggio A & al.
  • JAMA Oncol
  • 6 juin 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Après un événement indésirable immunitaire (EIi) léger ou sévère, la réadministration d’anticorps anti-protéine 1 de mort cellulaire programmée (Programmed cell Death 1, PD-1) ou anti-ligand 1 de mort cellulaire programmée (Programmed cell Death Ligand 1, PD-L1) a été associée à une récidive d’EIi chez 55 % des patients.
  • Les seconds EIi n’étaient pas plus sévères que les premiers.

Pourquoi est-ce important ?

  • La réadministration d’anti-PD-1 ou d’anti-PD-L1, si elle fait l’objet d’une surveillance étroite, semble possible et sûre.
  • Les conditions de la réadministration doivent faire l’objet d’un examen plus approfondi dans le cadre d’un essai clinique prospectif.

Protocole de l’étude

  • 93 patients atteints d’un cancer, qui ont présenté un EIi de grade supérieur ou égal à 2 et ont fait l’objet d’une réadministration d’anti-PD-1 ou d’anti-PD-L1, ont été inclus.
  • Financement : Centre d’oncologie Gustave Roussy et Programme d’immunothérapie Gustave Roussy (Gustave Roussy Immunotherapy Program, GRIP).

Principaux résultats

  • 46 % des EIi initiaux étaient des événements de grade 2, 39 % étaient de grade 3 et 15 % de grade 4.
  • L’hépatite virale (18 %), la toxicité cutanée (15 %), la pneumopathie inflammatoire (14 %), la colite (12 %) et l’arthralgie (7,5 %) étaient les EIi initiaux les plus fréquents.
  • Le même agent anti-PD-1/anti-PD-L1 a été réadministré à 43 % des patients.
  • Lors du suivi d’une durée médiane de 14 mois, 55 % des patients ont présenté des EIi après la réadministration (même type d’EIi : 42,5 % ; autres types d’EIi : 12,5 %).
  • Chez les patients ayant présenté un second EIi, le délai avant la survenue de l’Ei initial avait été plus court que chez ceux qui n’ont pas présenté de second EIsi (9 semaines contre 15 semaines ; P = 0,04).
  • Les seconds EIi n’étaient pas plus sévères que les EIi initiaux, et aucun EIi de grade 5 n’a été observé après la réadministration.

Limites

  • Protocole rétrospectif.