La radiothérapie stéréotaxique du corps offre un avantage de survie dans le cadre du CBNPC inopérable

  • Lung Cancer

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La radiothérapie stéréotaxique du corps (RTSC) offrait une SG significativement plus élevée que l’ablation locale de la tumeur (ALT) par voie percutanée et guidée par imagerie, chez les patients atteints d’un CBNPC de stade précoce inopérable.

Pourquoi est-ce important ?

  • Cette étude contredit des recherches antérieures qui n’ont identifié aucune différence significative de survie entre la RTSC et l’ALT.

Protocole de l’étude

  • 15 792 patients atteints d’un CBNPC de stade précoce inopérable, issus de la base de données nationale américaine du cancer (National Cancer Database), ont fait l’objet d’une RTSC (n = 14 651) ou d’une ALT (n = 1 141).
  • La durée de suivi médiane était de 26,2 mois.
  • Financement : Instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health, NIH).

Principaux résultats

  • La RTSC offrait un risque de mortalité plus faible, comparativement à l’ALT, dans la cohorte non corrigée (rapport de risque [RR] : 0,86 ; P 
  • Taux de SG corrigé pour la RTSC, comparée à l’ALT, respectivement :
    • à 1 an : 87,5 % contre 83,5 %.
    • à 2 ans : 68,0 % contre 63,0 %.
    • à 3 ans : 52,2 % contre 45,9 %.
    • à 5 ans : 31,0 % contre 26,2 %.
  • Dans le groupe pondéré selon les scores de propension, la RTSC offrait un risque de mortalité plus faible que l’ALT pour les tumeurs de taille supérieure à 2,0 cm (RR : 0,72 ; P 

Limites

  • Protocole rétrospectif.