La radiothérapie post-mastectomie améliore la survie dans le cadre du CSTN T1-2 avec 1-3 ganglions positifs

  • Zhang J & al.
  • Oncotarget
  • 27 août 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La radiothérapie post-mastectomie (RTPM) améliore la SG chez les patientes atteintes d’un cancer du sein triple négatif (CSTN) avec des tumeurs T1-2 et entre un et trois ganglions lymphatiques positifs (N1-3).

Pourquoi est-ce important ?

  • La RTPM est le traitement de référence pour les patientes présentant au moins quatre ganglions lymphatiques axillaires, mais son utilisation dans le cadre de la maladie N1-3 demeure controversée. 
  • Les résultats sont suffisamment solides pour justifier une étude prospective.

Protocole de l’étude

  • Une cohorte rétrospective basée sur la population, composée de 675 patientes atteintes d’un CSTN T1-2 N1-3 issus de la base de données Surveillance, épidémiologie et résultats finaux (Surveillance, Epidemiology, and End Results, SEER), entre 2010 et 2012, a été analysée.
  • 312 patientes ont fait l’objet d’une RTPM et 363 n’en ont pas fait l’objet.
  • Financement : Fondation nationale des sciences naturelles de Chine ; Fondation médicale Wu Jieping.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 37 mois.
  • Analyse de Kaplan-Meier : la RTPM a amélioré la SG (P = 0,033), mais pas la survie spécifique au cancer du sein (SSCS ; P = 0,063).
  • Modèle à risques proportionnels de Cox multivarié : la RTPM a amélioré la SG (rapport de risque [RR] : 0,661 ; P = 0,025) et la SSCS (RR : 0,664 ; P = 0,039).
  • Aucune différence significative n’a été observée au niveau de la SG ou de la SSCS dans l’une ou l’autre des analyses, lorsqu’elles étaient stratifiées par nombre de ganglions lymphatiques positifs.

Limites

  • Protocole observationnel et rétrospectif.
  • Aucune donnée sur la récidive locorégionale.