La radiothérapie doit-elle être utilisée dans le cadre du cancer du poumon associé à une silicose ?

  • Shen T & al.
  • J Radiat Res
  • 10 déc. 2019

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Près de la moitié des patients atteints d’un cancer du poumon et d’une silicose chronique ayant fait l’objet d’une radiothérapie (RT) ont développé une pneumopathie radique (PR) de grade supérieur ou égal à 2, un taux significativement supérieur à celui rapporté chez les patients sans silicose qui font l’objet d’un traitement similaire.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’incidence de PR était élevée, même si les patients inclus dans cette étude ont fait l’objet d’une RT conformément aux recommandations actuelles.

Protocole de l’étude

  • 22 patients atteints d’un cancer du poumon et d’une silicose chronique ont fait l’objet d’une RT.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • 45,5 % des patients ont développé une PR de grade supérieur ou égal à 2.
  • 2 décès liés à la PR ont été rapportés dans les 3 mois suivant le traitement.
  • Le taux de SG à 1 an était de 26,2 % ; le taux de SG à 2 ans était de 13,1 %.
  • 17 patients étaient décédés après 23 mois de suivi, dont 2 décès étaient dus à une PR mortelle.
  • Une PR de grade inférieur ou égal à 2 était associée à une amélioration de la SG (P 
  • Le taux de réponse objective était de 59,1 %.

Limites

  • Étude rétrospective monocentrique.
  • Petit nombre de patients inclus dans l’étude.