La qualité du tissu adipeux mammaire influence-t-il l’agressivité du cancer du sein ?

  • Nathalie Barrès
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Pour la première fois une équipe du CHU de Tour constate à partir d’échantillons de tissus adipeux mammaires prélevés chez des femmes atteintes d’un cancer du sein invasif :

  • Une augmentation de la teneur en cholestérol chez celles qui ont une forme de cancer agressif ;
  • L’association entre teneur en cholestérol mammaire et risque de développer un cancer du sein agressif  semble plus forte chez les femmes âgées de 70 ans et plus et chez celles qui ont une hypercholestérolémie ;
  • En revanche, l’IMC n’aurait pas d’influence sur cette association.

Bien que les mécanismes physiopathologiques sous-jacents ne soient pas encore élucidés, ces données présentent l’intérêt de montrer une association entre déséquilibre lipidique au sein du tissu mammaire et agressivité du cancer du sein.

Pourquoi ces données sont-elles intéressantes ?

Plusieurs études ont récemment mis en évidence le rôle important du tissu adipeux dans le cancer, en revanche, peu ont examiné l’impact du cholestérol présent dans le tissu adipeux. Par ailleurs, aucune étude ne s’est intéressée spécifiquement à l’association entre le tissu adipeux mammaire et le risque de cancer du sein. Des données de la littérature ont démontré que les taux élevés de cholestérol plasmatique augmentaient les risques de progression tumorale. Et d’autres observations ont suggéré que des gènes impliqués dans la régulation de la synthèse du cholestérol étaient activés durant le développement des cancers du sein. L’alimentation, l’obésité et les modes de vie sont des facteurs de risque importants de cancer du sein et impactent le pronostic des patientes. Les concentrations plasmatiques en cholestérol sont des marqueurs pronostiques émergents dans un contexte de surveillance des récidives de cancer du sein et les traitements hypocholestérolémiants pourraient trouver un intérêt dans ce contexte.

Méthodologie

Entre 2009 et 2011, des échantillons de tissu adipeux mammaire ont été collectés chez des femmes âgées de 28 à 89 ans au cours d’une chirurgie pour cancer du sein invasif. Les variables cliniques (âge, IMC, hypercholestérolémie traitée ou non), ainsi que les paramètres d’agressivité tumorale (phénotype, grade, présence d’un cancer du sein inflammatoire et multifocalité) ont été recueillies et les taux de cholestérol total, libre et estérifié ont été mesurés.

Principaux résultats

Au total, 215 échantillons de tissus mammaires ont été prélevés (âge moyen des patientes 56 ans, IMC moyen 25,5 kg/m2, 31,6% de cancer du sein luminal A, 27,0% de type luminal B, 15,3% de type HER-2 et 26,1% de type triple-négatif). Les tissus adipeux mammaires avaient une concentration en cholestérol total qui variait entre 0,95 et 4,70 μg/mg, avec une forme majoritaire de cholestérol libre de (0,83-4,70 μg/mg) et minoritaire de cholestérol estérifié (0-1,55 μg/mg, forme indétectable chez 55% des femmes).

Par rapport aux femmes ayant une cholestérolémie normale, la teneur en cholestérol total avait tendance à être 12% plus élevée chez celles qui avaient une hypercholestérolémie non traitée (p=0,06). 

Par rapport aux femmes âgées de 40 à 49 ans, la teneur de cholestérol libre et estérifié était respectivement 18% et 70% plus élevée chez les femmes âgées de plus de 70 ans (p<0,05). Aucune différence significative n’a pu être démontrée entre les différentes catégories d’IMC et les teneurs en cholestérol total, libre ou estérifié. 

Les concentrations en cholestérol dans les tissus adipeux mammaires étaient plus élevées chez les femmes atteintes d’un cancer du sein HER2+,  de phénotype inflammatoire ou en cas de tumeurs multifocales triple négatives. Chez les femmes ayant un cancer du sein triple négatif, celles ayant une tumeur multifocale avaient plus de risque d’avoir une hypercholestérolémie par rapport à celles dont la tumeur était unifocale (respectivement 64% versus 25%, p<0,05).