La prudence est de mise concernant l’utilisation du polystyrène sulfonate de sodium


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Des chercheurs ont appelé à faire preuve de prudence au sujet de la poursuite de l’utilisation du polystyrène sulfonate de sodium après qu’une nouvelle recherche a révélé que son utilisation est associée à des événements gastro-intestinaux (GI) indésirables graves. 

Pour les besoins de l’étude, qui a été publiée dans la revue JAMA Internal Medicine, les chercheurs ont comparé les données de 20 020 adultes âgés d’au moins 66 ans au Canada, ayant fait exécuter une première prescription en ambulatoire de polystyrène sulfonate de sodium entre le 1er avril 2003 et le 30 septembre 2015, et de 20 020 non-utilisateurs appariés, afin d’examiner l’association entre l’utilisation de polystyrène sulfonate de sodium et la survenue de plusieurs événements GI indésirables. 

L’hypothèse de l’étude était que l’utilisation de polystyrène sulfonate de sodium ne serait pas significativement associée à un risque plus élevé d’événements GI, par rapport à l’absence de son utilisation. L’étude a pourtant identifié un risque plus élevé d’un événement GI indésirable avec l’utilisation de polystyrène sulfonate de sodium, par rapport à l’absence de son utilisation, dans la cohorte appariée (37 événements [0,2 %] ; taux d’incidence de 22,97/1 000 personnes-années, contre 18 événements [0,1 %] ; taux d’incidence de 11,01/1 000 personnes-années ; rapport de risque [RR] de 1,94 ; IC à 95 % : 1,10–3,41). Le type le plus fréquent de lésion GI était l’ischémie intestinale/la thrombose. 

Les auteurs ont noté un certain nombre de limites à l’étude, notamment le manque d’informations sur la dose administrée ou la voie d’administration. « Ces résultats nécessitent d’être confirmés et suggèrent que les cliniciens doivent user de prudence lorsqu’ils prescrivent du polystyrène sulfonate de sodium », ont-ils affirmé.