La protonthérapie offre un bon contrôle de la maladie dans le cadre du neuroblastome pédiatrique

  • Hill-Kayser CE & al.
  • Int J Radiat Oncol Biol Phys
  • 7 févr. 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La protonthérapie est bien tolérée et offre un bon contrôle local chez les enfants atteints d’un neuroblastome à haut risque.
  • Aucun patient n’a présenté de toxicité tardive.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le traitement de référence actuel, la radiothérapie externe, améliore le contrôle locorégional, mais est associé à un risque plus élevé de toxicité tardive.
  • Des études de faible envergure ont rapporté les résultats après une protonthérapie chez des patients atteints d’un neuroblastome.

Protocole de l’étude

  • 45 patients séquentiels (âge médian : 46 mois) atteints d’un neuroblastome à haut risque ont fait l’objet d’une protonthérapie, une forme de radiothérapie, après un traitement systémique, une résection de la tumeur primitive et une chimiothérapie à forte dose avec soutien de cellules souches, au cours de la période 2010–2015.
  • Financement : Aucun financement externe.

Principaux résultats

  • 97 % des patients ne présentaient pas de récidive au niveau du site primitif à 3, 4 et 5 ans.
  • À trois, quatre et cinq ans :
    • le taux de survie globale était respectivement de 89 %, 80 % et 80 % ;
    • le taux de survie sans événement était respectivement de 77 %, 70 % et 70 %.
  • Au suivi médian de 48,7 mois après le diagnostic, 82 % des patients étaient vivants et 71 % sans maladie.
  • Un patient a présenté une récidive locorégionale.
  • 27 % des patients ont présenté une rechute au niveau d’un site à distance et non irradié, sans récidive locorégionale associée.
  • Aucun patient n’a présenté de toxicité tardive significative liée aux rayonnements.

Limites

  • Étude observationnelle monocentrique.